Guinée-bissau, Projets

Guinée-Bissau : bientôt la première usine de ciment

10629110226_46c0414277_bL’information est rapportée par APA News. La Banque mondiale évalue à 22 millions d’euros le coût d’un projet de cimenterie en Guinée Bissau d’une capacité de production de 200.000 tonnes par an, indique un communiqué de l’institution financière mondiale.

Les promoteurs ont sollicité un prêt de 11 millions d’euros, la moitié de la valeur du projet, et la décision doit être prise avant la fin février, a ajouté le communiqué.

Le projet est dirigé par Maxime Cardoz, un investisseur privé sénégalais, et Scancem, une filiale de Heidelberg Cement, la société allemande de ciment et matériaux de construction, l’une des plus grandes cimenteries du monde.

L’objectif est de remplacer le ciment existant dans le marché bissau-guinéen, entièrement importé, et qui vient parfois à manquer dans le marché local.

Les Bissau Guinéens sont également victimes de la répercussion des coûts de transport sur le prix du ciment importé, fait-on remarquer dans le résumé de la Société financière internationale (SFI) du Groupe de la Banque monde qui étudie le projet.

Les promoteurs estiment que le marché de la Guinée-Bissau va continuer à croître et que l’usine pourrait même exporter au Sénégal.

L’usine pourrait employer 40 personnes par tour de travail, selon les informations fournies. Le broyage des matières premières et la production de ciment seront froids et l’utilisation de l’eau très faible, minimisant ainsi l’impact environnemental du projet.

L’électricité sera fournie par le réseau d’électricité liée au barrage de Kaleta en Guinée-Conakry, qui doit commencer à fonctionner en août. Une autre possibilité est d’installer des générateurs avec deux mégawatts de capacité pour assurer une alimentation à l’usine.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *