Gabon

Miss Gabon 2014 : A l’heure du bilan

miss-gabon-2014

Maggaly Nguema dans un entretien accordé au site gabonais Gabonreview fait le bilan de son mandat. Celle qui s’est engagée à lutter contre toutes les formes de discrimination dont sont victimes les malades de la lèpre, estime avoir fait le nécessaire. La reine de la beauté gabonaise évoque son avenir avec précision. Elle entend ouvrir une agence de communication dans les prochaines années sans toutefois s’éloigner de sa passion; la musique. Africa Top Success vous propose un extrait de l’entretien accordé à Gabonreview

Bientôt la fin de votre règne. Quel bilan pouvez-vous en faire aujourd’hui?

Je fais un résumé positif car j’estime avoir atteint la plus grande partie de mes objectifs. Il s’agit de mon plan d’action social et de mes déplacements internationaux. A l’aube de mon mandat, je me suis engagée à lutter contre la discrimination des malades de la lèpre ce que je fais et que je continuerai de faire à travers le soutien moral et matériel que j’apporte à ces personnes qui sont importantes à mes yeux. Concernant mes participations aux concours internationaux, j’ai été au Japon pour l’élection Miss international. Je n’ai reçu aucun prix pour ce concours mais j’ai beaucoup appris. C’est une expérience qui m’a aidée à faire mieux au concours Miss Supranational et à rapporter la couronne et l’écharpe de 2ème dauphine Miss supranational 2014. Avec tout cela, je pense que mon mandat est ce qu’il doit être et j’espère qu’il aidera à motiver les jeunes gabonais dans leurs entreprises car rien n’est impossible.

Comment entrevoyez-vous l’avenir après Miss Gabon?

Avant Miss Gabon j’étais une jeune étudiante passionnée de musique, attirée par la photographie, je serais la même personne après. Je continuerai mes études en me spécialisant dans la publicité, mon souhait est de créer mon agence de communication d’ici à 3 ans. Je me concentrerai plus dans la musique car je ne peux m’en défaire et j’ai également les yeux tournés vers le modeling, ce qui n’est pas très éloigné de mes ambitions professionnelles. La seule différence aujourd’hui est qu’être Miss Gabon m’a fait entrer dans un nouveau sacerdoce que je n’abandonnerai pas : la lutte contre la discrimination des malades de la lèpre.

Un mot à l’endroit de celles qui sont tentées de suivre votre exemple?

Ce qui au début était une aventure est devenu une leçon de vie, une épreuve de maturité et de sagesse. Aujourd’hui je découvre des cultures étrangères : lorsque je vais représenter le Gabon à l’international je suis le Gabon, c’est un sentiment qui ne se décrit pas, mais qui se vit. Je ne savais pas à quel point ce concours marquerait ma vie et aujourd’hui je suis celle par qui certains découvrent le Gabon. Tellement de chose qui me font vous dire: «Vous ne saurez jamais ce que cette aventure pourrait vous apporter si vous n’essayez pas.»

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *