A la Une, Nigéria, Projets

Queens of Africa : Les poupées qui détrônent Barbie

 poupee-afrique

La Nigériane Taofick Okoya révolutionne les habitudes des enfants de son pays avec ses poupées authentiquement africaines. Le début de l’aventure remonte à 2008. Voulant offrir une poupée noire à sa nièce, Okoya va se confronter à l’inexistence de ce jouet auquel pouvait s’identifier sa petite fille.

Elle décide alors de prendre des cours en fabrication de poupée. Après deux années de formation, la Nigériane a mis sur le marché « Queens of Africa » et « Naija Princesses », deux lignes qui connaissent un véritable succès.

La marque de la Nigériane de 43 ans détrône la légendaire Barbie dans la première puissance économique d’Afrique. La particularité des poupées de Taofick Okoya réside dans la couleur de la peau des jouets, les tenues et les tissus qui reflètent le quotidien des Africains. La Nigériane est même parvenue à représenter trois ethnies de son pays à travers ses fabrications (Igbo, Yoruba et Haoussa).

« Queens of Africa » et « Naija Princesses » se vendent entre  2,60 et 18, 18 euros. En dehors du Nigéria, premier consommateur de la marque, Taofick Okoya reçoit également des commandes des quatre coins du globe (principalement aux Etats-Unis,  Brésil, Europe,  Côte d’Ivoire et en Afrique du Sud).

Malgré l’éclatant succès de son initiative Taofick Okoya ne se montre pas totalement satisfaite. Elle déplore la forme svelte de ses poupées qui s’apparentent à celles des européens.  La Nigériane souhaite également que tous enfants d’Afrique disposent d’une poupée qui les ressemble. Pour l’heure elle vend 6000 à 9000 poupées par mois.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *