Burkina Faso, Projets

Burkina Faso : le véritable art, c’est dans la rue !

bef12e48c051ab4f4ac34c203cdb4b0eLa 6è édition du festival « Rendez-vous chez nous » s’installe du 7 au 22 février 2015 au Burkina Faso. Initiative du Collectif ACMUR (Art, Clowns, Marionnettes et Musique dans nos Rues), cet événement unique pour les populations rurales et urbaines, est gratuit et se tient hors des murs, autrement dit, dans la rue.

Sont attendus environ 450 artistes burkinabés et une quarantaine de compagnies, issues des pays comme la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger, le Bénin, le Ghana, le Burkina, le Tchad, le Cameroun, la France, la Belgique et peut être bien Corée.

Selon les organisateurs, cette 6è édition se déroulera dans les rues de Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Boromo, mais aussi dans six villages de la commune rurale de Komsilga et à l’orphelinat de Loumbila.

L’objectif visé est la démocratisation et la décentralisation de l’art et la culture.  Il s’agit donc de pouvoir présenter au public des spectacles dans des espaces publics à Ouagadougou et dans d’autres villes du Burkina précités.

Au menu, d’incroyables représentations de théâtre, danse, cirque, art équestre, échasses, marionnettes, contes, arts plastiques. Et la nuit tombée, les plus grandes stars de la musique burkinabé envahiront la scène.

Pour Boniface Kagambega, le Directeur artistique de ce festival, « tout le monde a droit à l’éducation et à travers la culture, on peut aussi éduquer et lutter contre la pauvreté ».
Se prononçant sur le thème de cette année, « Intégrité et transmission », M Kagambega a souligné qu’il s’agit de « parler de notre intégrité, ce que nous avons reçu et ce que nous pouvons transmettre ».

Le festival « Rendez vous chez nous », c’est un travail spécifique d’éducation artistique mis en place en ville, en zone rurale mais aussi dans les structures d’accompagnements d’enfants sourds et muets et à l’orphelinat de Loumbila qui a permis à 4 000 enfants de découvrir la magie des arts de la rue et d’échanger avec des artistes.

 

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *