A la Une, Politique

Robert Mugabe : libre de se rendre dans l’UE à une seule condition

ZIMBABWE-POLITICS-MUGABE

Malgré les sanctions qui interdisent à Robert Mugabe de se rendre dans l’Union Européenne, le nouveau président en exercice de l’Union Africaine pourra s’y rendre s’il voyage pour représenter l’organisation.

A indiqué en fin de semaine dernière, Catherine Ray, porte-parole du service diplomatique de l’UE.

« M. Mugabe est visé par une interdiction de voyager. Mais cette interdiction sera levée quand il se déplacera en sa qualité de président de l’Union africaine », a déclaré Mme Ray, lors d’un point de presse.

L’UE a commencé en 2013 à normaliser ses relations avec le Zimbabwe, levant la plupart des sanctions imposées depuis 2002 pour protester contre la violence politique et les atteintes aux droits de l’homme dont elle accusait le régime de Mugabe.

Mais les Européens ont maintenu l’inscription de M. Mugabe et de son épouse sur une « liste noire » de personnalités interdites de visa pour l’UE et dont les avoirs sont gelés en Europe.

M. Mugabe avait boycotté en avril 2014 un sommet UE-Afrique à Bruxelles, malgré une invitation européenne spéciale, car un visa avait été refusé à son épouse.

Interrogée sur le statut de celle-ci lors des futurs déplacements de M. Mugabe en tant que président de l’UA, Mme Ray a indiqué que la levée temporaire de l’interdiction de voyager s’applique à M. Mugabe lorsqu’il effectue des missions internationales.

Toutefois, M. Mugabe n’aura a priori pas l’occasion de faire le voyage de Bruxelles pendant sa présidence. Aucune rencontre UE-Afrique n’est prévue en 2015, selon le service diplomatique de l’UE.

A lire aussi :

À propos La Rédaction

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *