Sénégal

SIA : le Sénégal se fait une place sur le marché européen  

sia

Les produits sénégalais étalés au parc des expositions de Versailles qui abrite le Salon international de l’agriculture (SIA), à Paris, tentent de s’imposer au niveau d’un marché européen inondé de produits de qualité avec des emballages et des certifications bien aux normes.

Des exposants sénégalais affirment que le SIA est un baromètre fiable pour mesurer le niveau de qualité des produits locaux. Avec les moyens du bord, ils tentent de donner un coup de pouce au ‘’Made in Senegal’’. Mais le combat est loin d’être gagné face à une rude concurrence sur le marché européen.

‘’C’est très difficile. Il y a toujours cette problématique liée à l’emballage. Nous sommes en train de faire du chemin certes, mais c’est très loin de ce qui se fait ailleurs en termes de présentabilité, d’attraction et de qualité’’, reconnait Ibrahima Dème, responsable d’une structure spécialisée dans la transformation des produits à valeur médicinale.

Trouvé dans un stand, visiblement secoué par le froid parisien, malgré un habillement très lourd, M. Dème note, dans un registre, les visiteurs qui passent chez lui. A défaut d’un emballage attrayant, il se contente d’un long discours sur les vertus des produits qu’il expose.

‘’Le problème est qu’on ne communique pas bien sur nos produits avant de venir ici. Il n’y a pas un travail préalable qui puisse nous permettre de supporter la concurrence avec d’autres structures qui ont les moyens de donner un petit carnet à l’entrée à des milliers de visiteurs. Il faut travailler davantage sur la communication’’, dit Ibrahima Dème dont les propos ont été interrompus par le passage de clients européens qui ont emporté des sachets en échanges de quelques billets.

Avec une quarantaine d’entreprises exposantes, le stand sénégalais est bien garni par des sachets de pain de singe, de bissap, d’arachide, des étals de melon, de poissons fumés, de piment, entre autres produits. Au quatrième jour du SIA, certains commencent à se faire des affaires et gardent l’espoir d’écouler leur stock.

‘’Nous avons beaucoup de visiteurs français et européens en général. Il y en a qui achètent, d’autres essaient de prendre contact avec nous. Nous sommes en train de montrer au monde de ce dont le Sénégal est capable de faire’’, confie Salamba Diène qui propose des produits de la bio-essence.

‘’Nous avons des visiteurs très curieux qui demandent, qui posent des questions et qui goutent avant d’acheter. Mais il nous faut un travail plus hardi sur l’emballage, le packaging, la qualité pour être au niveau des autres’’, reconnait Salamba Diène. cette fille assez d’une trentaine d’années invite les producteurs africains ‘’à tout faire pour s’imposer au niveau international’’.

Le directeur général de l’Agence sénégalaise de promotion des exportations (ASEPEX), Malick Diop, dont la structure encadre beaucoup d’exposants au SIA 2015 reconnait les défis à relever dans le domaine de la qualité avec une nécessité d’insister sur la problématique de l’emballage.

‘’Beaucoup d’efforts sont en train d’être faits, mais ce n’est pas facile. Le problème lié à l’emballage est toujours là. Nous avons une structure qui s’active dans ce domaine, mais sa capacité de production ne couvre pas tous les besoins. Il faut travailler davantage pour arriver aux normes internationales’’, dit-il, après une visite au stand du Sénégal.

Le plat national, le Thiébou Djeunn, est très visible dans les alentours du stand qui abrite la délégation sénégalaise. Les femmes qui s’y activent confient avoir faire de bonnes affaires avec des plats vendus à 10 euros (plus de 6.500 FCFA).

‘’Les choses marchent bien et nous faisons de très bonnes affaires depuis le début du salon. Nous sommes là pour honorer notre pays en faisant une promotion de nos différents plats auprès d’autres communautés. La plupart des clients sont des européens. Lundi le ministre guinéen de l’agriculture est venu pour commander un plat sénégalais pour son déjeuner’’, raconte, la mine joyeuse, une restauratrice sénégalaise habituée du SIA.

Source: APS

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *