A la Une, Nigéria, Politique

Elections au Nigeria : rude bataille sur les réseaux sociaux !

Supporters of Nigeria President Goodluck Jonathan, dance, during an election campaign rally, at Tafawa Balewa Square in Lagos, Nigeria, Thursday, Jan. 8, 2015. The president launches his bid for re-election at a time when Africa?s biggest oil producer is more divided than ever, amid a growing Islamic uprising in the northeast and slumping oil prices and the naira currency biting into people?s pockets. (AP Photo/Sunday Alamba)Les réseaux sociaux sont désormais une arme redoutable pour conquérir l’électorat notamment lors des opérations de charme.

Au Nigéria, les candidats déclarés à la présidentielle et aux législatives de 2015, se ruent depuis un temps sur Facebook et Twitter en se livrant en une véritable bataille sur ce nouveaux médias, mobilisant acteurs, musiciens et footballeurs célèbres.

Le Congrès progressiste (APC, opposition) et le Parti démocratique populaire (PDP, au pouvoir), demeurent les deux principaux partis sur des dizaines en course.

Si c’est formations politiques ont toujours eu recours aux médias traditionnels comme la télévision, la radio, la presse écrite,  l’affichage, pour vanter leur mérite, exposé leur programme de société, l’heure est désormais à la révolution électronique.

Selon la BBC, citée par LNT et AFP, des hommes politiques ont même recruté des jeunes sans emploi, qu’ils auraient auparavant employés comme nervis pour intimider physiquement des électeurs, comme « guerriers d’internet ».

« Armés d’ordinateurs portables et de smartphones, ces guerriers bombardent les articles en ligne de commentaires favorables à leurs parrains politiques et critiques envers leurs opposants », souligne la même source.

Omolara Olaosebikan, de la société de relations publiques Quadrant Communications, affirme que « les nouvelles technologies changent l’aspect des slogans politiques au Nigeria ».

« C’est une révolution numérique qui se joue. Il n’y a pas de doute, l’élection de cette année restera dans l’histoire comme la plus disputée et aucun des partis n’entend être battu à ce jeu », constate-elle.

A rappeler que l’APC et le PDP s’affronteront le 28 mars prochain pour la présidentielle et des législatives, et deux semaines plus tard pour l’élection des gouverneurs des Etats de la fédération nigériane.

A lire aussi :

Photo du profil de La Rédaction

À propos La Rédaction

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

1 Commentaire

  1. Dayo

    Ce scrutin s’annonce déjà comme le plus juste et le plus ouvert de notre histoire. Cette fis, l’APC n’aura pas de prétexte pour prendre les armes après avoir perdu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *