Maroc, Projets

Maroc: Le festival Mawazine fête l’Afrique

youssoupha-pour-mawazine-2014La 14ème édition du Festival Mawazine Rythmes du Monde (29 mai-6 juiin 2015) a concocté un programme très attrayant pour le public d qui vient chaque année se déhancher sur des rythmes africains du haut d’une esplanade donnant sur le fleuve Bouregrag de Rabat et les magiques remparts des Oudayas.

Pour commencer en beauté, rendez-vous, le vendredi 29 mai, avec la formation française Temenik Electic qui inaugurera cette belle série de concerts. Une formation constituée de 5 artistes qui donnent dans l’«Arabian Rock», un mélange de son pop électro et de sonorités orientales.

La soirée suivante vibrera, quant à elle, sur des sonorités latines, avec le chanteur colombien Yuri Buenaventura, un habitué du festival et un grand amoureux du Maroc. Premier chanteur de salsa à recevoir un disque d’or, Yuri est un artiste aux ressources et influences infinies qui mêle merveilleusement sonorités latines, jazz, mambo, tango, cumbia, boléro.

Place au Sénégal, lundi 1er juin, avec la formation Daara J Family, créée en 1992 par Faada Freddy et N’Dongo D. Le duo, qui connaît un grand succès à travers la planète, distille des rythmes envoûtants où rythmes africains se mêlent à des airs de hip hop, de reggae, fink et à la magie soul.

Yannick Noah montera sur scène au sixième soir du festival. Son dernier album, « Combats ordinaires », est né d’une collaboration avec des artistes aussi fameux que Jean-Jacques Goldman, Grand Corps Malade ou Jean-Louis Aubert.

Jeudi 4 juin, la musique malienne sera à l’honneur avec ses plus grands Ambassadeurs: Salif Keita, Cheikh Tidiane et Amadou Bagayoko (Amadou & Mariam). Formé au début des années 1970 par Salif Keita et Kante Manfila, le groupe « Les Ambassadeurs » a ouvert la voie à l’explosion des musiques du monde et connaît, pendant plus de 10 ans, un immense succès en Afrique de l’Ouest et au-delà.

L’avant-dernier concert sera donné par l’artiste marocain Aziz Sahmaoui et la chanteuse malienne Mamani Keita. Le premier, est un chanteur et multi-instrumentiste passionné de musique Gnaoua. Quant à Mamani Keita, qui chante en bambara, elle vient enrichir la musique malienne des sonorités électro, jazz…

Le programme se clôturera en beauté sur une soirée brésilienne avec le groupe Metá Metá, fondé à Sao Pailo en 1999 et composé de la chanteuse Juçara Marçal, du saxophoniste Thiago França et du guitariste Kiko Dinucci. Un univers aussi psychésélique que mystique de chants invoquant des divinités à travers des chants traditionnels pimentés de jazz et de rythme afro-punk.

Source: APA

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *