A la Une, Projets, RD Congo, Vidéos

RDC: 3 nouveaux robots agents pour réguler la circulation (vidéo)

TO GO WITH STORY BY KATHY KATAYI AND JUNIOR KANNAH This picture taken on January 22, 2014 shows a traffic robot cop on Triomphal boulevard of Kinshasa at the crossing of Asosa, Huileries and Patrice Lubumba streets. Two human-like robots were recently installed here to help tackle the hectic traffic usually experienced in the area. The prototypes are equipped with four cameras that allow them to record traffic flow, the information is then transmitted to a center where traffic infractions can be analyzed. The team behind the new robots are a group of Congolese engineers based at the Kinshasa Higher Institute of Applied Technique, known by its French acronym, ISTA. AFP PHOTO / JUNIOR D. KANNAHTamuke, Mwaluke et Kisanga, voilà les noms de trois nouveaux robots destinées à réguler la circulation routière aux carrefours encombrés de la ville de Kinshasa .

Les robots ont été remis mardi aux autorités de la RDC par l’association congolaise d’ingénieurs Women’s Technology.

D’une version améliorée, ils viennent s’ajouter aux deux prototypes déjà installés à Kinshasa depuis 2013.

Selon les concepteurs, chaque robot de 250 kg et de 2,50 m, doté de panneaux solaires, a coûté 27.500 dollars.

Comment fonctionnent-ils? Le robot lève les bras, comme le ferait un agent de circulation humain, pour bloquer une voie et laisser passer les voitures sur l’autre voie, avec son plastron qui passe du vert au rouge.

« Le robot réagit beaucoup plus vite aux commandes. Bref, les composants électroniques sont beaucoup plus performants que la première génération de machines », a expliqué à l’AFP l’ingénieur Thérèse Izay, chef de projet à Women’s Technology. 

« Nous avons amélioré notre technologie. Des feux statiques au niveau des cuisses, en plus de ceux qui sont sur le thorax, pour prendre le relais en cas de panne », a souligné Mme Izay.

En aluminium et conçus pour résister aux rigueurs du climat équatorial, ces robots peuvent filmer les violations au code de la route grâce à des caméras de surveillance, qui fonctionnent même si le robot est hors-service.

Les images sont envoyées en temps réel à la police, qui peut analyser tous les mouvements dans un périmètre d’au moins 200 mètres.

« Ces informations permettront de poursuivre les gens qui ont commis des infractions sur la route », a expliqué Mme Izay. 

« Les infractions sont nombreuses, et souvent mortelles. Depuis 2007, 9.717 accidents de la route dont 2.276 mortels, ont été enregistrés à Kinshasa », a indiqué le général Célestin Kanyama, chef de la police dans la capitale congolaise. « Ces robots seront d’un apport important pour la police », a-t-il estimé. 

Cependant, le robot « ne remplace pas l’agent de police qui se trouve sur le site. Il ne va pas poursuivre les inciviques qui brûlent le feu ni les éduquer ou encore les sanctionner » , a averti le gouverneur de Kinshasa, André Kimbuta.

Women’s Technology a proposé aux autorités l’achat de 30 machines semblables pour les grands carrefours de la capitale. Cinq machines ont d’ores et déjà été envoyées dans la province du Katanga (sud-est), dont trois pour la capitale provinciale, Lubumbashi.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *