A la Une, Burkina Faso, Guinée, Mali, Projets, Sénégal

Biennale des lettres : la Sénégalaise Mariama N’Doye empoche les 5 millions

1er-Prix

La seconde édition de la Biennale des Lettres de Bamako s’est achevée mercredi 11 mars 2015 avec le sacre de la Sénégalaise Mariama N’Doye qui remporte le grand prix.

Elle empoche ainsi la rondelette somme de 5 millions de F CFA pour son livre « L’arbre s’est penché ».

Le 2ème prix doté de 3 millions de FCFA est revenu à la Malienne Fatoumata Kéita pour son œuvre « Souffert ».

Le 3è prix d’une enveloppe financière de 2 millions de FCFA est attribué à la Guinéenne Koumantcho Zeinabou Diallo son œuvre « Le fou du 7è ciel ».

La Biennale des Lettres de Bamako est  un espace d’échanges et de réflexion sur les productions et créativités littéraires féminines.

Cette édition a regroupé les écrivaines issues de quatre pays de l’Afrique de l’Ouest à savoir le Mali, le Sénégal et le Burkina et la Guinée Conakry.

A en croire le promoteur, le Professeur Diola Konaté, la Biennale littéraire et intellectuelle vise enter autres à: fêter le 8 mars autrement, mettre donc en valeur les écrits des femmes, qu’elles-mêmes parlent de leurs expériences d’écriture, de ce qu’elles produisent littérairement, intellectuellement.

A souligner que les écrivaines ont animé des conférences débat sur les thématiques relatives au genre féminin qui se trouvent naturellement décryptées dans leurs œuvres.

Les débats ont permis à ces braves et audacieuses écrivaines d’expliquer directement et explicitement leurs œuvres, de tracer l’itinéraire de leur vie dans le domaine de l’écriture. Si certains d’entre elles disent être venues à l’écriture au hasard, d’autres, au contraire, reconnaissent avoir été inspirées par des situations socioculturelles et religieuses réduisant l’image de la femme.

D’avancées notables ont été enregistrées dans l’organisation de cette seconde édition, note le comité d’organisation. Elle a enregistré la présence d’un nombre très élevé de femmes écrivaines et intellectuelles de l’Afrique de l’Ouest. Mais aussi par l’aide financière obtenue grâce aux divers  partenaires.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *