A la Une, Côte d’Ivoire

Côte d’Ivoire : Vers la restructuration de la presse en ligne

presse-en-ligne-ci

Le développement des Technologies de l’information et de la Communication (TIC) au début du 21ème siècle a conduit à la naissance de la presse en ligne encore appelée presse élecronique. Malgré l’impact des organes en ligne dans le paysage médiatique, ce secteur reste difficilement régulé dans plusieurs pays de l’Afrique.

 Après le Sénégal, la Côte d’Ivoire amorce la restructuration de l’univers de la presse en ligne.  Le Réseau des professionnels de la presse en ligne en Côte d’Ivoire (REPPRELCI) a soumis mardi au président de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), le rapport de l’opération d’identification et de recensement des sites web d’informations du pays.

Cette cérémonie qui marque les travaux d’une année de ce réseau a été l’occasion pour le président de la Haca Ibrahim Sy Savané de rappeler l’importance de ce nouveau média

 « Les publications en ligne sont l’avenir de l’information », a indiqué Sy Savané avant d’appeler les professionnels de la presse en ligne à la labellisation du secteur.

« La labellisation vise à aider et non imposer de nouvelles contraintes mais il faut en contrepartie qu’il y ait un peu d’éthique et de déontologie » a déclaré le président de la Haca en précisant que l’objectif n’est pas de restreindre la liberté de la presse.  La Côte d’Ivoire compte plus d’une centaine de sites d’informations.

Le Réseau des professionnels de la presse en ligne de Côte d’Ivoire (REPPRELCI) créé en 2006, s’est donné pour mission, « la promotion et le développement de la presse en ligne et des métiers s’y rattachant en Côte d’Ivoire  (faciliter l’accès aux informations et leur publication en ligne, inciter à la lecture des journaux en ligne et inciter à la publicité en ligne sur les sites d’information).

 Le REPPRELCI a également pour objectif d’organiser et de contribuer à réglementer la presse en ligne en Côte d’Ivoire, tout en soutenant la liberté de la presse.»

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *