A la Une, Projets, Sénégal

Le Sénégal : Prêt pour le décollage vers le numérique ?

amadou-topLe Sénégal pourrait-il respecter l’engagement pris à Genève en 2006 comme la plupart des pays africains, à procéder à la transition numérique au plus tard le 17 juin 2015, à 01 heure TU ? Voilà la question que beaucoup de citoyens sénégalais se posent à l’approche de l’échéance.

Et la réponse est à l’affirmatif. C’est Amadou Top (photo), le directeur exécutif du Comité national de pilotage de la transition de l’analogique vers le numérique (CONTAN), qui l’affirme sur un ton rassurant.

« Le 17 juin 2015, nous allons éteindre le Simuscast que nous faisons actuellement pour diffuser uniquement en numérique. C’est le 17 juin qu’il faut basculer et le Sénégal basculera entièrement vers le numérique à cette date », a-t-il laissé entendre.

M Top a fait cette intervention en marge d’un séminaire organisé par le CONTAN et le groupe EXCAF, sur le thème: « ‘TNT (Télévision numérique terrestre) au Sénégal : architectures et plateformes technologiques ».

Le processus de migration de l’analogique vers la TNT est actuellement dans la phase de Simulcast (simultaneous broadcast) qui permet de diffuser à la fois des programmes en mode analogique et en numérique, a-t-il ajouté.

Il a précisé que ce système de diffusion en simultané était en phase d’essai à Dakar, la capitale, et à Thiès, à 70 km. Il note que, « passer de l’analogique vers le numérique ne veut pas dire qu’il faut changer de poste téléviseur ».

« Quel que soit le modèle de téléviseur, c’est le décodeur qui va lui apporter l’intelligence qui lui permet d’être une télévision numérique », rassuré M. Top qui a également informé qu’un premier lot de 865.000 décodeurs sera bientôt disponible dans près d’un millier de points de vente dans tout le pays, au prix unitaire de 10.000 FCFA.

Selon l’organisation, cette révolution doit permettre de régler le problème de la rareté des ressources en fréquences pour satisfaire les besoins sans cesse croissants dans les secteurs de l’audiovisuel, des télécommunications et de l’Internet.

« En mode de diffusion analogique utilisé jusqu’ici, chaque chaîne de télé à besoin d’une fréquence, alors qu’en mode numérique, sur la même fréquence, on peut diffuser jusqu’à vingt chaînes en simple définition, ou cinq chaînes en haute définition », a expliqué Amadou Top.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *