A la Une, Burkina Faso, Projets

Projet « Une Lampe pour l’Afrique » : Un soulagement pour les écoliers burkinabè

En-Afrique-Sameer-Hajee-produit-de-l-electricite-avec-les-pieds_article_popinFort du succès des deux premières phases, la phase III du projet « Une lampe pour l’Afrique » a été lancée jeudi à l’école primaire publique du village de Guesna dans la commune de Boussé, province du Kourwéogo (région du plateau central).

Elle s’étend de janvier 2015 à décembre 2016 et vise donc à permettre une large couverture du territoire.

Le projet a pour principal objectif de fournir des lampes solaires aux écoles primaires et post-primaires pour promouvoir la qualité de l’éducation, en améliorant les conditions d’apprentissage des enfants dans les zones rurales.

Il est issu du fruit de la coopération entre la République de Chine-Taïwan et le Burkina. Ceci, dans leur élan d’amélioration des conditions de vie des populations.

En quatre années de mise en œuvre du projet, en en croire les responsables et les bénéficiaires du projet, les résultats sont encourageants.

La première phase qui a couvert la période 2011-2012 a été subventionnée par la République de Chine-Taïwan à hauteur de 655 957 000 francs CFA.

A terme, 15 403 élèves bénéficiaires ont été enregistrés dans 63 villages. Une seconde phase est ensuite lancée, de 2013 à 2014, avec un appui de 1 967 871 000 francs FCFA.

L’impact de ces deux phases a galvanisé les parties burkinabè et taïwanaise à maintenir l’effort. Mieux, la Chine-Taïwan revoit à la hausse l’enveloppe financière à travers la phase III du projet.

Elle s’étale de janvier 2015 à décembre 2016 et va concerner l’ensemble des régions du Burkina, selon la coordinatrice du projet, Sanata Sawadogo.

Au total, plus de 5 247 000 000 francs CFA seront investis par la République de Chine-Taïwan d’ici à 31 décembre 2016 pour l’amélioration de la qualité de l’éducation au Burkina.

Pour la représentante des bénéficiaires, l’élève Oumou Tall, avec ses lampes solaires, finies les lampes-tempêtes avec leur fumée et toutes leurs conséquences sur la santé.

« L’élève a expliqué qu’avec l’arrivée des lampes solaires dans l’école en 2014, les résultats scolaires sont parlants », soutient-elle.

De 24% de taux de succès au CEP, les résultats sont passés à plus de 94% depuis

l’arrivée de cette technologie. Elle a également confié qu’en dehors des études, les lampes solaires servent aussi à éclairer les « maisons de papa ou de maman ».

Oumou Tall a toutefois plaidé pour l’ensemble des élèves du Burkina qui n’ont pas accès à l’électricité.

Par la voix de l’Ambassadeur de la République de Chine-Taïwan, Bruno Shen, la Chine-Taïwan réaffirme son engagement aux côtés des populations.

A lire aussi :

Photo du profil de La Rédaction

À propos La Rédaction

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *