A la Une, Maroc, Sénégal

Prix de l’Académie Charles-Cros : L’artiste marocain Majid Bekkas honoré !

d615bf7da143aa8690d58954ef71501dLe célèbre musicien marocain, Majid Bekkas s’est, récemment, vu décerner le Prix de l’Académie Charles-Cros à Marseille. Créateur de « L’African gnaoua blues », forme d’expression musicale issue de la musique spirituelle de transe gnaouie, métissée au jazz et au blues de sources africaines, l’artiste a été récompensé pour « Al Qantara », son dernier album en trio qui entend relier des civilisations voisines.

En effet, après avoir collaboré avec le joueur de Kora (harpe-luth à 21 cordes), le Sénégalais Ablaye Cissoko pour l’album « Mabrouk », il y a un peu plus de deux ans, cette fois, c’est une collaboration à trois que Majid Bekkas a voulu enregistrer, restant fidèle à ses intentions multiculturelles. Ce qui est, d’ailleurs, reflétée par le nom de ce nouveau projet: « Al Qantara », qui signifie “le pont”, en arabe.

Enregistré donc avec le Belge Manuel Hermia (flûte indienne, saxophone et clarinette) et le percussionniste marocain Khalid Kouhen, cet album s’inspire d’un Maroc, considéré comme un carrefour des civilisations, une terre riche en traditions et en cultures, ayant marquée de son empreinte l’Histoire d’Afrique, d’Orient et de d’Occident.

Issu lui aussi du métissage réussi entre les cultures africaine et arabo-berbère, Majid est un artiste et intellectuel gnaoui, initié à la culture de gnawa ou « taghnawite » par le grand maître Ba Houmane qui lui a appris l’essence de cet art. Il réside actuellement à Salé et exerce son métier, à Rabat, en tant que professeur de musique au Conservatoire.

Il est également le directeur artistique du Festival de jazz des Oudayas de Rabat, depuis sa création en 1996. Ce festival est financé par la Communauté économique européenne et réservé aux jazzmen européens.

La musique gnaouie est de tradition orale, transmise de maître à disciple, car les premiers gnaouis étaient souvent analphabètes. La reprise du flambeau de « tagnawite » par des intellectuels gnaouis, comme Majid Bekkas, maîtrisant aussi bien cette tradition orale que les fondements de la musique universelle, a permis à la fois une maturité de cette musique et sa rencontre avec d’autres styles musicaux comme le jazz, le blues, ou encore le flamenco…

« Il est juste que l’Histoire retiendra le nom de Majid. Son charisme sur scène, sa voix sensuelle de chanteur gnaoui et sa virtuosité au « hajhouj », prêtant à l’envoûtement et à la transe, font de lui le digne représentant de la culture gnaouie issue du métissage du patrimoine ancestral musical, arabo-berbère et africain à tendance mystique soufie ou sacrée», souligne Hassan Mégri, président fondateur du Comité national de la musique du Maroc (CNM).

Discographie

1991 : Soundange
2001 : African Gnaoua Blues, avec Rachid Zeroual, Khalid Kouhen, Paolo Radoni et Marc Lelangue (IglooMondo)
2002 : Duets 2 Roland Kirk, avec Ramón López (Léo Records)
2003 : La Cité invisible, rencontre à Casablanca, avec Beñat Achiary, Ramón Lopez, Inès Bacàn, Pedro Soler (Nord Sud)
2004: Mogador, avec Flavio Boltro (IglooMondo)
2007: Kalimba, avec Joachim Kühn et Ramón Lopez (Act Records)
2009: Out of The Desert, avec Joachim Kühn et Ramón Lopez (Act Records)
2009: Passport to Morocco, avec Klaus Doldinger (Wea)
2009 : The Art of Baroque, Jazz, Dance & World Music, Chris Hinze et Claron McFadden, avec Majid Bekkas & The Band (Keytone Records)
2010: African Jazz’n Bar, avec Ya Tatchi (Hippo Records)
2010: Makemba, avec Louis Sclavis, Minino Garay, Aly Keita (IglooMondo)
2010 : Les Amants de Juliette & Majid Bekkas, avec Serge Adam, Benoît Delbecq, Philippe Foch (Quoi de neuf docteur)
2010 : In All, Marula (Uwe Kropinski, Majid Bekkas, Michael Heupel, Aly Keita) (Morgenland Records)
2011: Chalaba, avec Joachim Kühn et Ramón Lopez (Act Records)
2011: Mabrouk, avec Ablaye Cissoko et Khalid Kouhen (Bee Jazz)
2013 : Voodoo Sense, avec Archie Shepp, Joachim Kühn, Ramon Lopez (Act Music)
2014 : Al Qantara, avec Manuel Hermia et Khalil Khouen (Igloo recors)

Source : Libération

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *