A la Une, Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Guinée-bissau, Mali, Niger, Togo

Uemoa : démarrage lundi de la phase 2 du projet de facilitation des affaires

uemoa-phase2-projet-faciliation-affaires

Les résultats encourageants  enregistrés lors de la première phase du projet  de facilitation des affaires dans l’espace UEMOA ont amené les dirigeants des pays membres de l’Union économique et monétaire de l’Afrique de l’ouest à poursuivre l’initiative. La commission de l’Uemoa en collaboration avec la Facilité Bizclim (Union européenne) organise du 20 au 24 avril 2015, un atelier à Ouagadougou (Burkina Faso) qui lancera les travaux de la phase 2 du projet.

Depuis 2011, les Etats de l’Uemoa se sont engagés à adopter des politiques qui visent à faciliter les procédures de création d’entreprise. L’adoption du système d’information en ligne eRegulations  a permis de réduire jusqu’ à 70%, les charges des formalités administratives pour les usagers.

 Le projet a également aidé à la réduction considérable du temps de création d’une entreprise avec la création des guichets uniques.

L’atelier de facilitation des affaires dans l’espace Uemoa qui démarre le 20 avril à Ouagadougou, permettra aux participants de consolider les acquis de la phase 1 du projet et d’assurer la pérennité des actions engagées.

L’atelier contribuera enfin  à donner une nouvelle impulsion au Projet de facilitation des affaires dans l’espace UEMOA, en fixant des objectifs communautaires de transparence et de simplification des procédures pour la période 2015-2018, déclinables par pays, en fonction des réalités et des priorités de chacun.

Pour rappel, L’Uemoa a lancé en 2011, dans le cadre du Programme régional d’amélioration du climat des affaires (PRACA), le Projet de facilitation des affaires – eRegulations UEMOA – pour faciliter les démarches relatives aux investissements et aux activités entrepreneuriales, et identifier les mesures de simplification les plus pertinentes.

Pour Guy Amédée Ajanohoun,   commissaire de l’Uemoa chargé du Département du développement de l’entreprise, de l’énergie et du tourisme, «  un bon environnement des affaires, c’est à la fois un cadre réglementaire favorable pour lancer des activités, des mesures fiscales incitatives, un environnement politique, juridique et économique stable, des infrastructures modernes, un système judiciaire solide et une main-d’œuvre qualifiée ».

Créé en 1994, l’Uemoa huit états membres (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo)

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *