A la Une, Cameroun

Ecrans noirs 2015 : Yaoundé, en attraction du 18 au 28 juillet 2015

ecrans-noirs

Le cinéma africain sera à l’honneur du 18 – 25 juillet 2015 à Yaoundé (Cameroun) au cours de la 19ème édition du festival Ecrans Noirs. Cette année les organisateurs ont placé l’évènement sous le thème : «Numérique et exigence de formation».

Après l’édition 2014 couronné de succès, le festival Ecrans Noirs donne rendez-vous aux cinéphiles dans la capitale camerounaise à partir du 25 juillet. Le comité d’organisation d’une des plus grandes fêtes du cinéma africain lance un appel à proposition de film aux cinéastes africains. Les inscriptions prennent fin le 18 mai 2015 sur le site officiel de l’évènement.

 Pour rappel, la précédente édition du Festival Ecrans Noirs a décerné  l’Ecran d’Or à Mohamed Amine Benamraoui, réalisateur du film  « Adios Carmen ».

Synopsis de « Adios Carmen »

Tourné en amazigh et diffusé avec un sous-titrage en français, le film « Adios Carmen » raconte la vie du jeune Amar, la dizaine, dans le Rif marocain des années 1970. La vie de ce garçon prend un tournant au moment où sa mère décide de rejoindre son mari en Belgique pour six mois, le laissant avec Hamid, son oncle. Maltraité, affamé au quotidien par ce dernier, Amar se verra obligé de quémander – sans grand succès – du pain pour manger. Les misères du jeune garçon s’estompent lorsqu’il fait la rencontre de Carmen, Espagnole émigrée au Maroc avec son frère à cause du régime franquiste en Espagne.

Carmen prendra Amar sous son sein et lui fera découvrir le cinéma dans un ciné-club qu’elle tient avec son frère Juan. De nouvelles misères, de jalousie cette fois, naitront entre Amar et son oncle à cause de l’amour de Carmen pour le jeune garçon que l’adulte ne peut avoir. Après la mort de Franco en Espagne et voyant naitre une inimitié avec leurs voisins marocains, Juan et sa sœur décident de rentrer en Espagne. Une seconde maman de perdue pour Amar avec le départ de Carmen et un profond dépit. C’est dans une profonde tristesse qu’il dit : « Adios Carmen» voyant sa protectrice mettre les bagages dans la voiture. La fiction s’achève sur une note positive puisque la mère d’Amar rentre de Belgique pour retrouver son fils et l’emmener avec elle en Europe.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *