A la Une, Burkina Faso, Politique

Burkina Faso : Mariam Sankara accueillie en fanfare

000_Par8172349_0C’est une foule en liesse qui est venue accueillir jeudi 14 mai à l’aéroport de Ouagadougou, Mariam Sankara, la veuve de l’ancien président Thomas Sankara, qui vit en exil en France à Montpellier, depuis l’assassinat de son mari en 1987.

Le retour de l’ancienne première dame du Burkina Faso s’inscrit dans le cadre de l’enquête sur le décès de son feu mari, Thomas Sankara, leader de la révolution de 1983.

Pour mémoire, Thomas Sankara fut assassiné 4 ans après son accession au pouvoir lors d’un coup d’Etat qui avait porté l’ex président déchu Blaise Compaoré au pouvoir.

Mme Mariam Sankara doit donc être entendue le 18 mai prochain par le juge qui enquête depuis plusieurs mois sur les circonstances de la mort de son mari.

Elle participera également à la convention des partis sankaristes, qui a pour principal objectif la désignation d’un candidat pour l’élection présidentielle d’octobre 2015

Cela faisait huit ans que l’ancienne première dame n’avait pas foulé le sol de son pays. Pendant près de 30 ans, souligne RFI, lors du règne de Blaise Compaoré, elle n’avait pu le faire qu’une seule fois, en 2007, après avoir quitté le Faso avec ses deux fils pour rejoindre dans un premier temps le Gabon, puis la France, suite au coup d’Etat de 1987 dans lequel Thomas Sankara, père de la révolution burkinabè, avait perdu la vie.

Mariam Sankara a salué le courage et à la détermination des « martyrs » de l’insurrection.
« Je tiens à remercier tous ceux qui ont contribué à cela. Ceux qui ont fait partir le dictateur Blaise Compaoré. Je suis heureuse, fière de fouler la terre du Burkina Faso », a-t-elle déclaré.

« Vous avez montré qu’unis, déterminés et conscients des enjeux de votre temps, aucun pays ne peut construire son avenir sans vous », a-t-elle lancé à l’endroit des jeunes.

Enfin, elle a invité gouvernement de la transition à matérialiser le changement voulu par le peuple burkinabè.

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *