A la Une, Cameroun

Dominique Saatenang : A la découverte du premier moine  shaolin africain

moine

Le camerounais Dominique Saatenang  vit ses rêves d’enfant. Déjà à 10 ans, le petit passionné des arts martiaux passaient des heures devant les films de Bruce Lee. En 1999 il foule pour la première fois le sol chinois. Ce fut le début d’une nouvelle vie.

Après quelques mois de stages dans les écoles d’arts martiaux, Domique fut admis au célèbre temple  du Henan fondé sur le mont Song au VIII siècle. Il y passa quatre ans.

« J’ai eu de la chance. Au bout de quelques semaines de stage, j’ai rencontré le chef spirituel du temple, Shi Yongxin. Il m’a invité à venir y passer six mois. J’y suis resté quatre ans », peut-on lire sur le site du journal Le Monde Afrique.

Dominique Saatenang  se fait baptisé « Shi Yan Ma », apprend le mandarin, la médecine traditionnelle, le kung-fu et devient ainsi le premier africain moine bouddhiste et le seul arbitre international étranger de kung-fu.

Aujourd’hui, Dominique Saatenang  est revenu dans la vie civile et partage son art dans toute l’Afrique. Il a ouvert  des écoles  au Mali, au Gabon, au Sénégal, au Cameroun et en Côte d’Ivoire et enregistre plus de 3000 élèves.

Dominique Saatenang  inspire d’autres africains. Selon Le Monde Afrique, ses conseils ont permis à d’autres étudiants africains de faire leur entrée dans le temple de shaolin.

moine2

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *