A la Une, Gabon

Réduction de la fracture numérique: le Gabon s’y met

jeune-afrique

A la faveur d’une cérémonie organisée le 10 juin dernier, l’opérateur de téléphonie a réitéré sa détermination à contribuer à une meilleure couverture du territoire national et à une plus grande connectivité avec le reste du monde.

Gabon Telecom a récemment réitéré sa promesse de faire du Gabon l’un des pays d’Afrique les plus avancés en termes de pénétration des technologies de l’information et de la communication (Tic). Plusieurs mois après l’obtention de la licence 3G et 4G, l’opérateur de téléphonie entend passer à la vitesse supérieure, affirmant qu’il se fait l’écho de la volonté du gouvernement de parvenir, le plus tôt possible, à la réduction de la fracture numérique. A la faveur d’une cérémonie organisée à Libreville dans le cadre du 15e colloque mondial des régulateurs (GSR), Gabon Telecom s’est présenté comme «le tam-tam» des télécommunications de nouvelle génération, en lançant sur le marché un nouvel outil de communication compatible à la 3G, à un coup moindre.

 

Selon Abderrahim Koumaa, le cocktail baptisé «tam-tam», organisé dans la nuit du 10 au 11 juin 2015, en partenariat avec l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) visait à rassurer les uns et les autres sur la détermination de son entreprise à poursuivre la couverture du territoire national. «Le thème de notre cérémonie n’a pas été choisi au hasard car en Afrique et au Gabon en particulier, pendant longtemps le tam-tam a servi de moyen de communication, perceptible sur de longues distances. Il était utilisé pour des cérémonies où il a souvent joué le rôle du téléphone ou de télégraphe, pour transmettre des nouvelles ou des idées, sans qu’aucune fracture numérique n’eut été à déplorer», a raconté, sur le ton de l’humour, Abderrahim Koumaa. Pour lui, la lutte contre la fracture numérique vise à se prémunir de l’exclusion, tout en permettant un plus grand accès aux Tic et le partage des connaissances entre les peuples.

Si le président de l’Arcep, s’est dit confiant dans les efforts consentis, le directeur général de Gabon Telecom a tenu à rappeler que sa société œuvre pour doter le pays d’une large couverture en services internet ADSL et mobile et renforcer la connectivité du pays au reste du monde, le taux ayant été multiplié par 20 au cours des cinq dernières années. De même, l’opérateur a revendiqué la mise en œuvre d’une politique tarifaire volontariste, une des plus compétitives du pays, aussi bien pour les entreprises que pour les particuliers.

Source: Gabonreview

A lire aussi :

Photo du profil de La Rédaction

À propos La Rédaction

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *