A la Une, Togo

Togo : la veuve a désormais sa propre maison à Lomé

maison

Défenseur de la veuve et de l’orphelin, Dr Charles Birregah poursuit son rude combat qu’il mène depuis plus dune vingtaine d’années pour l’épanouissement de cette couche défavorable dont les droits sont restés longtemps ignorés et pis piétinés.

En marge de la célébration de la 5e Journée internationale de la veuve au Togo, le président fondateur de l’Ong Fonds d’aides aux veuves et orphelins (FONDAVO) a marqué d’une empreinte originale cette journée dédiée à la veuve. Ceci, en procédant à la pose de la première pierre de la « Maison de la Veuve » à Lomé.

Noble comme cela puisse le paraitre, le projet reçoit l’adhésion du gouvernement togolais, représenté à cette cérémonie par la ministre de l’Action sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation, Dédé Ahoéfa Ekoué.

Dans ses explications, Dr Birregah a indiqué que la « Maison de la veuve » devrait accueillir les veuves en détresse et qui souffrent d’une quelconque maladie.

Il précise que le joyau comportera un Centre de santé, un centre d’assistance juridique, une pharmacie et un laboratoire.

Dans son intervention, ce dernier est revenu sur les difficultés auxquelles font face les veuves au Togo. Et elles sont légions : victimes de traitements inhumains et dégradants, souvent discriminées, déshéritées, accusées de sorcellerie, expulsées du domicile conjugal, violées ou mariées de force à un autre membre de la famille.

Des conditions de vie peu enviables de cette couche vulnérable,et qui interpelle tout un chacun, selon ce dernier.

Même tonalite de la part de la ministre Dede Ekoue, qui appelle chacun à défendre la cause des veuves.

« Si on se met à spolier la veuve, nous mettons également en danger l’avenir de l’orphelin. Face à cette situation, nous devons avoir ce reflexe de dire NON. Donc, c’est un appel à un sursaut de solidarité et de responsabilité », a soutenu Mme la ministre.

Par ailleurs, plus de 300 veuves ont été entretenues sur le thème : « La santé des veuves », ayant permis de les sensibiliser sur une bonne dose d’informations sur les maladies récurrentes auxquelles elles sont souvent confrontées notamment le Vih/Sida, l’hypertension artérielle et le diabète.

Ces veuves ont également bénéficié d’un bilan de santé, de kits de produits pharmaceutiques, des vivres et de des non-vivres.

Ces dernières n’ont pas tari d’éloges à l’ endroit de FONDAVO pour ses multiples actions à leur faveur depuis 1995.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *