A la Une

Economie: le Rwanda ouvre ses portes aux investisseurs étrangers

paul-kagame1

Le Rwanda a intensifié sa campagne pour établir des relations commerciales étroites avec des pays étrangers afin d’accroître les investissements dans le pays.

Ce petit pays d’Afrique centrale, qui s’est fixé pour objectif d’atteindre le statut de pays à revenu intermédiaire d’ici à 2020, a établi des relations commerciales bilatérales avec des pays comme le Kenya, l’Ouganda, la Turquie, l’Inde et d’autres encore, et ces pays ont commencé à investir au Rwanda dans des secteurs variés tels que l’industrie manufacturière, le tourisme et l’hébergement, les télécommunications, l’énergie, l’éducation et l’agriculture, entre autres.

Le Rwanda a décidé d’aller plus loin pour renforcer les investissements, en adoptant une nouvelle loi sur l’investissement qui clarifie les opportunités d’investissement potentielles dans le pays ainsi que les principaux secteurs dans lesquels le gouvernement recherche des investisseurs.

Cette loi sur l’investissement, lancée à Kigali le mois dernier en remplacement de cette adoptée en 2005 avec un champ d’action plus limité, vise à atteindre un total d’investissements directs étrangers (IDE) équivalant à 1,12 milliard de dollars d’ici à la fin de l’année.

Selon les chiffres du Conseil de développement du Rwanda (RDB), le total d’IDE réel dans ce pays était de 521 millions de dollars en 2014, contre 257 millions de dollar sen 2013.

S’adressant aux journalistes lundi, le directeur du RDB, Francis Gatare, a déclaré qu’il y avait au Rwanda des opportunités d’investissement inexploitées actuellement dans des secteurs tels que les infrastructures, le logement, les mines et la logistique.

« Nous avons établi des forums commerciaux conjoints avec des membres de la communauté d’affaires de plusieurs pays, dont nos voisins de la région d’Afrique de l’Est, afin d’accroître le commerce et l’investissement », a-t-il dit.

Le Rwanda et le Kenya ont lancé samedi dernier un forum conjoint visant à renforcer les opportunités commerciales et d’investissement entre les deux pays.

Cette initiative commerciale conjointe servira de base pour permettre aux membres du secteur privé d’explorer les opportunités commerciales entre ces deux pays bénéficiant de relations diplomatiques cordiales.

Le Rwanda est arrivé en 46ème position au classement 2014 de l’indice des conditions d’affaires (Doing Business) de la Banque mondiale, sur 189 pays du monde étudiés, avec des améliorations notables dans les conditions d’obtention de permis de construire, d’accès à l’électricité et d’accès au crédit.

Les milieux d’affaires de ce pays jadis frappé par le génocide ont également établi un forum commercial conjoint avec les investisseurs turcs pour exploiter les opportunités d’investissement au Rwanda. La Rwanda Active Businessmen Association (RWABA) a établi des liens directs avec la Tuskon, fédération des hommes d’affaires et industriels de Turquie.

Dans un rapport d’Ernst & Young intitulé « Africa 2014: executing growth », l’Afrique du Sud, l’Égypte et le Maroc, dans cet ordre, arrivaient aux premières places de la liste de 15 plus grands pays bénéficiaires d’IDE entre 2007 et 2013.

Le Rwanda est parvenu à s’inscrire sur cette liste, à la 15ème place, derrière ses partenaires que son le Kenya, la Tanzania et l’Ouganda, respectivement à la 6ème, à la 10ème et à la 11ème place.

Le Rwanda doit accueillir l’année prochaine l’African Hotel Investment Forum (AHIF), une réunion de haut niveau qui rassemble les plus grands acteurs du secteur de l’hôtellerie. L’AHIF est la première conférence d’investissement dans le secteur de l’hôtellerie en Afrique, et attire des grands propriétaires d’hôtels internationaux, des investisseurs, des financiers, des sociétés de gestion et des consultants de ce secteur.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *