A la Une, Burkina Faso

Présidentielle au Burkina Faso : la Cedeao remet la pendule à l’heure

burkina-election

La première élection que connaîtra le Burkina Faso au lendemain du départ de l’ancien président burkinabè Blaise Compaore ne cesse de faire couler des salives au pays des « hommes intègres ». Les proches de l’ancien homme fort qui dénoncent certaines dispositions du nouveau code électoral viennent de recevoir le soutien de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Sept partis politiques du Burkina Faso ont eu gain de cause mercredi à la cour de justice de la Cedeao face à leur pays. Ils accusent le Burkina Faso d’avoir violé la constitution du pays  et les traités de la Cedeao.

En effet l’article 135 du nouveau code électoral exclut tous les proches de Blaise Compaore du proccessus électoral.

Il s’agit de « toutes les personnes ayant soutenu un changement anticonstitutionnel qui porte atteinte au principe de l’alternance démocratique notamment au principe de la limitation du nombre de mandats présidentiels ayant conduit à une insurrection ou à toute autre forme de soulèvement est inconstitutionnel.»

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *