A la Une, Togo

Togo : 300 orphelins à l’école grâce à FONDAVO, l’OIF et Lydia-Ludic

fondavo
Dans son engagement pour l’épanouissement de la veuve et l’orphelin au Togo, Dr Charles Birregah a la ferme conviction que les enfants démunis, peuvent aussi changer le monde. Et c’est cette assurance, empreinte de solidarité, qui demeure le leitmotiv du président fondateur du Fonds d’Aides aux Veuves et Orphelins (FONDAVO). A l’orée de chaque rentrée académique, les orphelins de FONDAVO en âge de scolarisation, bénéficient des kits scolaires tout comme les enfants nantis de leur âge.
Eh bien, la tradition a encore été respectée à la veille de la rentrée 2015-2016. Samedi dernier, FONDAVO a octroyé des fournitures scolaires à environ 300 de ces enfants nécessiteux. Soutenu dans ses efforts par des partenaires pas des moindres, lesquels ont jugé utile d’accompagner cette action vu son degré de noblesse, Dr Birregah avait à ses cotés, lors de la cérémonie de remise de ces kits, le représentant régional de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), celui de la société Lydia-Ludic, ceux de l’Ecole Supérieure des Affaires (ESA) et du Cabinet AEC.
Plusieurs veuves ont également pris part à la cérémonie qui s’est déroulée dans l’amphithéâtre de l’ESA d’Agoè (banlieue nord de Lomé). D’une valeur de 1 million de de F CFA, les fournitures sont composées de cahiers, de stylos, de crayons, d’ensemble géométrique. Cette année, en plus de ces kits scolaires, les orphelins de FONDAVO ont bénéficié chacun d’une petite enveloppe financière, laquelle servirait , à en croire les donateurs, à la confectionner les tenues scolaires. Et c’est une innovation cette année.
Justifiant le soutien  de l’OIF à cette action, Tharcisse Urayeneza, le Directeur et Représentant régional de l’OIF a laissé entendre en ces termes:  « L’action posée par FONDAVO  et son président à l’endroit des veuves et des orphelins, s’inscrit dans la droite ligne de la solidarité  qui est un principe cardinal de l’organisation francophone ».
« La scolarisation des enfants est une priorité à laquelle nous attachons un très grade importance parce que les enfants représentent l’avenir de l’humanité. Et quad il y en a qui ne trouve pas de matériel pour fréquenter, cela devient un défi qui nous interpelle tous », ajoute ce dernier.
Dans son intervention, le président fondateur de FONDAVO, est revenu une fois encore sur les conditions de vie « précaires » des plus vulnérables notamment des orphelins.
« Aujourd’hui quand vous voyez aux feux tricolores, il y a des enfants qui sont obligés de vendre de petites bricoles pour mettre de côté pour acheter les fournitures. C’est pour dire que pour certaines familles, la rentrée arrivée, c’est des soucis pour pouvoir trouver de l’argent et acheter ces fournitures. Donc aujourd’hui, nous leur avons donnés les fournitures scolaires, nous leur avons donnés également une petite somme d’argent pour qu’ils puissent faire la tenue scolaire et acheter des chaussures pour que les enfants puissent aller proprement à l’école.
Face à cette situation peu reluisante de ces derniers, il faut donc agir au plus vite. C’est ce qui motive le énième appel lancé par Dr Charles Birregah, à l’endroit de tous les Togolais, à emboîter le pas à l’OIF et la société Lydia Ludic.
« Nous invitons tous les concitoyens de tendre une main généreuse à un enfant orphelin qui aujourd’hui ne peut pas aller à l’école parce qu’il n’a pas de cahiers », a-t-il lancé.
« N’attendez pas qu’on vienne vous le demander. Allez les chercher et donnez leur de quoi aller à l’école pour que demain notre nation puisse vivre en paix pour qu’en allant à l’école, ces enfant puissent réussir dans la vie, qu’ils n’aillent pas grossir le rang des délinquants, au contraire pour qu’ils puissent être des agents économiques qui vont contribuer au développement de la nation. C’est un devoir civique, c’est un devoir divin », a martelé le premier responsable de FONDAVO.
A noter que dans les prochaines heures, FONDAVO et ses partenaires se prêteront au même exercice de remise de don de fournitures scolaires,  dans la localité d’Agbatitoè (non loin de Notsè), de Niamtougou et de Kara.
Environ 1000 orphelins sont touchés chaque année par cette action, sur toute l’étendue du territoire national. Avis donc aux bonnes volontés !

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *