A la Une, RD Congo

Maître Gims: son rêve, collaborer avec Johnny Hallyday

gims

Deuxième artiste français le mieux payés en 2014, la star congolaise Maître Gims a émis le vœu de travailler avec son challenger (troisième du classement), Johnny Hallyday. L’ancien membre de Sexion d’assaut qui évolue en salo  depuis quelques années ne cache pas son admiration pour le célèbre chanteur français.

«Johnny Hallyday c’est une légende. C’est le Michael Jackson d’ici français. J’aimerais bien le rencontrer. J’aimerais lui réaliser son prochain album », a déclaré Maître Gims.

Connu en Afrique sous la bannière du collectif Sexion d’Assaut, Maître Gims force respect et admiration dans l’univers du Rap français.  De son vrai nom Gandhi Djuna, l’artiste compositeur et interprète est né  le 6 mai 1986 à Kinshasa (République démocratique du Congo). Il rejoint l’Hexagone à l’âge de deux ans avec ses parents sans papiers. Gandhi Djuna a connu  les difficultés de la vie en clandestinité mais il a toujours cru à son étoile.

«Je suis arrivé de république démocratique du Congo à l’âge de 2 ans. Mon père était chanteur dans la troupe de Papa Wemba, une véritable star en Afrique. En France, il n’a pas connu le succès, on a pas mal galéré. Mes parents, sans papiers, étaient au chômage ou faisaient de petits boulots pour survivre.» 

Un membre de son groupe  parle de son parcours dans Libé : «Son enfance n’a pas été simple, mais il est toujours resté fier. Il n’aime pas montrer ses faiblesses. Parfois, il passait des nuits dans la rue, mais il n’en parlait à personne. Ses difficultés ont renforcé sa solitude et ont fait de lui un acharné qui ne lâche jamais.»

Issu d’une famille de musiciens,  Maître Gims s’est mis au rap dès  le collège avec ses camarades de Sexion d’Assaut. Trois de ses quinze frères sont également amoureux du micro. Il s’agit de Dadju, membre du groupe The Shin Sekai,  Bedjik et Xgangs. Ce talent, Maître Gims et ses frères, l’ont hérité de leur père Djanana Djuna, chanteur de Papa Wemba dans la troupe Viva la Musica.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *