A la Une, Cameroun

Cameroun : Samuel E. Mbozo’o renvoient les Africains à leur histoire

histoire

« Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme », aimé citer le journaliste camerounais Alain Foka dans son émission « Archives d’Afrique » sur RFI.

La volonté du journaliste   de faire connaître aux africains leur véritable histoire  motive également son compatriote le Camerounais Samuel Efoua Mbozo’o, auteur de quatre œuvres officiellement soumises à la critique des  pairs le 29 octobre 2015 à l’Université de Douala.

Le professeur d’histoire à travers  « Christianisme et acculturation en Afrique noire » est revenu sur l’impact des cultures occidentales sur les valeurs  africaines surtout dans le domaine religieux.

Le Recteur de l’Université de Douala François Xavier Etoa, a partagé avec l’assistance, sa propre expérience, confirmant ainsi les écrits de l’auteur.

«  Je me suis rendu compte en le lisant que bien qu’étant patriarche Beti qui a franchi les étapes de l’initiation nécessaire à ce statut, je suis moi-même victime des pesanteurs culturelles de la religion [chrétienne] transmises depuis ma tendre enfance », a-t-il déclaré.

Les trois autres ouvres présentées par  Samuel Efoua Mbozo’o sont «  La tutelle internationale des Nations unies sur le Cameroun : principes, forces en présence et enjeux (1946-1960)… », « Le contrôle parlementaire de l’action gouvernementale » et «  Les élections des représentants camerounais au sein des assemblées métropolitaines françaises de 1945 à 1958) ».

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *