A la Une, Burkina Faso

Burkina Faso : Lancement officiel de In-Out dance 2016

IN-out-dance-festival-2016-bobo-dioulasso

Issa Sanou sur scène le 11 février 2016 à l’Institut Français de Bobo Dioulasso. In-Out Dance 2016

La troisième édition de In-Out Dance Festival, la plus grande rencontre des professionnels de la danse contemporaine d’Afrique  de l’ouest a officiellement démarré jeudi à Bobo Dioulasso (Burkina Faso) avec une gigantesque déambulation qui a sillonné les principales rues de la « capitale culturelle » du Burkina Faso.

Devant les personnalités politiques, administratives et religieuses , le Directeur de In-Out Dance Festival Aguibou Sanou a déploré l’étiquette « pays non fréquentable » attribuée au Burkina Faso depuis les douloureux évènements du 15 janvier. Il a saisi l’occasion pour appeler les autorités du Burkina Faso à contribuer à la réussite du Festival qui rencontre de sérieuses difficultés financières avec le désistement de plusieurs partenaires pour des raisons sécuritaires.  Malgré tous ces défis Aguibou reste serein. Il n’entend pas faire plaisir à ceux qui veulent déstabiliser son pays.

Tour à tour l’ambassadeur des Usa au Burkina Faso Dr. Tulinabo S. Mushingi  et  la représentante de l’ambassadeur de la Chine Taiwan (parrain de l’évènement) ont réaffirmé la qualité des relations qui lient leurs différents pays au Burkina et promis leur soutient au festival pour les prochaines éditions.

Africa Top Success, vous le rapportait. Le comité d’organisation du Festival accorde, une importance particulière à l’éducation et surtout à la culture de l’excellence. Les 50 meilleurs élèves  de la ville de Bobo Dioulasso sont retenus pour des stages et  la « déambulation dansée ».

Le festival s’est poursuivi dans la soirée avec des spectacles offerts par les compagnies Tamadia, Sanou Ka Sanu, Tarpaga Baker Dance Project et l’association Bolo Art.

In-Out Dance 2016 est placé cette année sous le thème : « Politique culturelle, sur quelle pied danser ? »

Cliquez ici pour avoir le programme !!!

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *