A la Une, Mali

C.Bagayoko : lauréat du prix RFI Challenge App Afrique

LAUREAT-rfi

RFI a remis son premier prix RFI Challenge App Afrique. L’idée de cette récompense est de proposer une application qui va aider les patients comme les médecins dans leurs pratiques quotidiennes. Plus de 650 personnes ont participé à ce concours lancé en décembre dernier. Et le premier lauréat vient du Mali : Cheick Oumar Bagayoko.

Cheick Oumar Bagayoko est Malien et il est à la fois docteur et informaticien. Ce n’est pas un projet qu’il a présenté au concours puisque son application existe depuis dix ans et elle est accessible pour le moment via un ordinateur connecté à internet. Son idée est de permettre aux médecins qui sont en brousse, en zones isolées et qui ont besoin de l’avis d’un spécialiste souvent basé dans les capitales, d’effectuer un diagnostic.

« Je suis très heureux, je suis très ému pour ce prix qui couronne un long chemin parce que depuis qu’on était étudiants en médecine, on se posait ce problème… comment aider les professionnels qui vont aller dans les zones les plus reculées, les motiver à rester sur place, mais aussi leur permettre de soutenir les populations qui ont le plus besoin des soins les plus spécialisés. Bien sûr, ça marche déjà depuis une dizaine d’années, ce prix va permettre de finaliser la version mobile puisque les gens sont vraiment demandeurs au niveau de tous les villages du monde », a déclaré le lauréat.

Cheick Oumar Bagayoko est le premier lauréat donc de ce prix RFI Challenges App Afrique. Il touche 15 000 euros pour développer son application. Ce prix devrait avoir une longue vie compte tenu de sa réussite. Plus de 650 participants pour cette première édition, un niveau très relevé pour les trois finalistes sélectionnés.

Ce prix a été remis à Dakar par Claire Hédon, présentatrice de l’émission Priorité santé et par la PDG de France Médias Monde, Marie-Christine Saragosse, qui ont confirmé leur volonté de tout faire pour que ce prix devienne une référence internationale dans les prochaines années.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *