A la Une

ELAN-Afrique: les langues maternelles dans les classes d’école

education-afrique

Lancée à Bamako (Mali) en 2012, l’Initiative ELAN-Afrique a pour objectif d’aider les élèves à mieux réussir à l’école : au lieu de privilégier un enseignement exclusivement en français, l’approche d’ELAN favorise au cours des trois premières années du primaire l’apprentissage des éléments de base, dont la lecture et l’écriture, dans la langue maternelle de l’enfant. Le français est introduit progressivement en tant que langue d’enseignement, selon le curriculum de chaque pays. À l’aide d’outils pédagogiques adaptés, l’enfant passe ainsi progressivement d’une langue à l’autre.

Cette initiative est d’ores et déjà menée dans huit pays, dont le Burundi. Directeur de l’école primaire de Muhweza, à l’Est du pays, Joseph Mpfayokurera note une vraie différence depuis la mise en place de l’initiative dans son établissement : « Les élèves de la classe ELAN ont commencé à lire et à écrire avant ceux des autres classes. Avec cette approche, la classe est vivante et les enfants beaucoup plus motivés ». Une enseignante de 1ère année à l’école primaire de Mwaro II, au centre du Burundi, recommande quant à elle « que l’approche soit vulgarisée ».

De fait, les résultats d’ELAN Afrique vont plutôt dans le bon sens. Le rapport sur les acquis des élèves réalisé par le Centre de recherche en éducation de Nantes démontre sa plus-value. Un autre signe, qui ne trompe pas : quatre nouveaux pays (Côte d’Ivoire, Guinée, Madagascar et Togo) ont adhéré à l’initiative qui entre en 2016 dans une deuxième phase de son déploiement.

OIF

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *