A la Une, Burkina Faso, Projets

Miss « Bim Bim »: Le gouvernement burkinabé désapprouve le concours

femme-ronde

L’image d’illustration en dit long sur l’évènement qui aura marqué l’Eté 2016 au pays des hommes intègres, le Burkina Faso. Prévue pour se tenir vendredi 26 août 2016 à la Maison du peuple à Ouagadougou, le concours de beauté féminine « Miss Bim Bim » est jugé attentatoire à la dignité de la femme, par les autorités burkinabè.

Dans un communiqué publié le 23 août, le ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, soucieux de la promotion et de la protection des droits de la femme, s’insurge contre l’organisation de l’événement qui « dégrade l’image de la femme et partant des droits de la femme burkinabè ».

« Ces dernières années, l’image de la femme burkinabè est fortement entachée par certaines publicités et certains de nos artistes. La dernière en date, est cette affiche présentée dans les espaces libres et les spots publicitaires diffusés par nos chaînes de télévisions faisant la promotion d’un artiste qui lancera très bientôt son nouvel album musical avec un titre évocateur concours miss Bim Bim », introduit le communiqué .

« Le ministère interpelle tous les acteurs, les publicitaires, les hommes et les femmes de médias, de la culture et plus particulièrement les artistes à promouvoir la culture burkinabè tout en protégeant les droits de leurs filles, leurs sœurs, leurs épouses et leurs mères », poursuit le document officiel.

« Si l’atteinte à la dignité et l’intégrité de l’homme peut être appréciée comme tout acte ou tout fait qui relève de son intimité, de sa vie privée, et dont la manifestation ou la révélation l’expose ou expose sa vie privée au public, on peut admettre que toute forme d’exposition négative de l’image de la femme peut être quelque part attentatoire à sa dignité. C’est pourquoi, le ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille s’insurge contre toute forme d’exploitation de l’image de la femme, fut-elle publicitaire ou autre », précise le communiqué.

« Nous interpellons également les entreprises de publicité qui doivent bannir pour des questions d’éthique, les messages portant atteinte à la dignité de l’homme en général et de la femme en particulier. Aussi la promotion des valeurs culturelles positives doit être leur préoccupation », écrit la ministre.

Notons que la particularité de « Miss Bim-Bim », c’est de mettre en compétition des filles au fort postérieur. Une moto et une télévision sont annoncées respectivement pour la première et la deuxième gagnante.

Bien avant la réaction officielle du ministère en charge de la Promotion de la Femme, il est à souligner que plusieurs voix s’étaient levées, notamment sur les réseaux sociaux, pour dénoncer l’esprit de la manifestation.

Reçus mardi en audience par la ministre, les organisateurs de l’événement Boubié Firmin Bazié (Agozo) et Hamado Douamba (l’homme de Savane), ont promis rectifier le tir revoyant le spot télévisuel ainsi que les autres actions de communication.

« Les initiateurs ont dit reconnaître la pertinence des remarques et ont promis de faire un recadrage pour mieux participer à leur manière de » faire une meilleure promotion des femmes à forte corpulence plutôt que de vanter les mérites des dames au postérieur démesuré. Pour eux, l’événement n’a nullement pour but de magnifier l’obscénité au féminin », précise un second communiqué du ministère de Tutelle.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *