A la Une, Politique

Bénin: Yayi Boni serait-il devenu indésirable ?

Bras?lia - O presidente da Rep½blica do Benin, Boni Yayi, fala ? imprensa ap?s encontro com a presidenta Dilma Rousseff, no Pal?cio do Planalto

Quelques mois seulement après son départ du Palais de la Marina, l’ex président béninois Yayi Boni, serait devenu « personæ non gratta », du moins, pour l’Exécutif de Patrice Talon, son successeur ?

La question mérite d’être posée dans la mesure où la page du Docteur semble définitivement tournée, même si lui-même a de la peine à regarder la réalité en face. En tout cas, tout laisse transparaître depuis un moment que les ponts sont maintenant coupés entre l’ancien président et le nouvel homme fort du Bénin.

Effectuant mi-aout une visite sur le site de la nouvelle aérogare en construction à Parakou, (environ 450 km au nord de Cotonou), le ministre des Infrastructures et des Transports, Hervé Hèhomey aurait dit à M Yayi Boni de « ne plus y remettre les pieds » sous peine de devoir affronter la rigueur de la loi. Rapporte notre confrère Afrik Mag.

« La visite d’un aéroport est soumise à une autorisation des autorités compétentes. Nous ne voulons plus assister à ce genre de visite qui est une visite qui ne répond à rien. C’est un comportement, excusez-moi, qui n’est pas sérieux », a fait savoir le ministre.

Il ajoute en ces termes : « Je profite pour notifier à M. Boni Yayi qu’il ne doit plus mettre pied sur ce site. Le site n’est pas encore ouvert au public. Le site n’est pas encore en exploitation et il lui est interdit, s’il récidive, nous allons lui appliquer la rigueur de la loi ».

Eh oui ! Les jours se succèdent et les pages se tournent. Yayi Boni est devenu un citoyen lambda tout comme tous les autres Béninois, et doit s’y faire si l’on peut se permettre de le dire ainsi. Jouir des privilèges comme il en avait l’habitude quand il présidait encore la destinée du Bénin, fait dorénavant partie de son passé. A moins que M Talon lui en concède quelques-unes. C’est ça aussi la démocratie.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *