A la Une, Nigéria, Politique

Nigéria : Quand le président Buhari se fait griller sur les réseaux sociaux

muhammadu buhariAu lendemain de son investiture le 29 mai 2015, le président Muhammadu Buhari avait promis de lutter contre les inégalités sociales, restaurer la sécurité et l’autorité de l’Etat, redresser l’économie en combattant la corruption sur toutes ses formes, débarrasser la nation de la terreur du groupe islamiste Boko Haram, et autres.

Plus d’un an après son avènement au pouvoir, même si des efforts considérables se poursuivent, les Nigérians semblent ne rien voir pointer à l’horizon. Et ils ont tenu à exprimer leur indignation via les réseaux sociaux.

En effet, président Buhari a procédé jeudi 8 septembre 2016 au lancement en grandes pompes d’une « campagne de réorientation », appelant les Nigérians à faire preuve de citoyenneté et de civisme.

Le premier citoyen du pays accuse ses concitoyens d’être « indisciplinés », et les implore de rompre avec leur « mauvaises habitudes de défier les lois ». Une campagne qui n’a pas eu un écho favorable auprès de la population.

Symbolisé sur les réseaux sociaux par le hashtag #ChangeBeginsWithMe, voici une sélection de quelques twets, témoignant le ras-le-bol des Nigérians:


« Ils ont promis un changement pour le meilleur mais ils disent maintenant que le changement commence avec moi. Nigérians, pouvez-vous me dire pourquoi avoir voté pour ces caméléons? »

T. Rankïn’

« Le président n’a pas l’autorité morale pour demander aux Nigérians de faire quoi que ce soit. »

Edward Israel-Ayide

« Ce changement est censé apaiser les Nigérians et leur donner envie d’être patient et patriotique? Blague. »

Adebiyi Kayode Isaac

« Ce sera leurs excuses s’ils ne parviennent pas à réaliser ce qu’ils ont promis »

 Celestine chidi

« Un sac de riz est vendu entre 18 000 et 20 000 NGN. Et vous êtes en train de nous dire que le changement commence avec vous. Comment pouvez-vous changer cela? »

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *