A la Une, Gabon, Politique

Gabon: Un coup dur pour Ali Bongo !

ali-bongoDonné vainqueur de la présidentielle du 27 août dernier au Gabon, Ali Bongo semble être lâché par entourage, sa propre famille. Son demi-frère Christian Bongo Ondimba vient de se ranger derrière l’opposant Jean Ping, qui demande le recomptage des voix, une proposition rejetée par Ali Bongo.

C’est incroyable mais c’est bel et bien une « triste » réalité. D’aucuns parlent même de trahison. Pour Christian Bongo Ondimba, « il ne faut même pas attendre un recours de l’opposition pour recompter les voix, surtout dans le Haut-Ogooué ».

Il soutient que le recomptage des voix devrait ouvrir le dialogue pour une sortie honorable de la crise post-électorale ayant déjà causé d’importants dégâts matériels et des pertes en vies humaines.

« Je suis pour le recomptage des voix pour que tout cela s’arrête et qu’on puisse reprendre le débat sur les vrais sujets. Et la solution, c’est de clarifier. Je pense qu’il faut obligatoirement passer par cette clarification pour que la crise ne s’installe pas durablement. C’est nécessaire pour deux raisons : d’abord, cela permettrait oui ou non de valider les résultats finaux de la présidentielle. Deuxièmement, puisque tout le monde (pouvoir et opposition) veut connaître la vérité des urnes, allons au fond du problème, quitte à ce que les chiffres publiés soient vrais. L’opposition peut bien sûr introduire un recours. Mais selon moi, cette démarche n’est même pas nécessaire pour que l’on procède au recomptage manuel, bureau de vote par bureau de vote, procès-verbal par procès-verbal, notamment dans le Haut-Ogooué », a affirmé Christian Bongo Ondimba, extrait d’un entretien avec Le Point Afrique.

« Tant que ce débat sur le recomptage ne sera pas clarifié dans cette province, les gens vont continuer à stigmatiser ces populations qui finalement ont aussi fait un choix », soutient ce dernier.

Plus loin, il affirme ne pas faire partie de l’équipe du président. « Je pense qu’il y a assez de personnalités privilégiées autour de lui, qui peuvent aussi le conseiller pour ouvrir le dialogue entre toutes les parties », ajoute M Christian Bongo

Ancien directeur général de la Banque gabonaise de développement (BGD), il est aujourd’hui à la tête du Fonds de garantie pour le logement, au sein du ministère de l’Économie.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *