A la Une, Gabon, Politique

Ali Bongo: Gabonais ou Nigérian, enfin la vérité sur ses origines !

Ali BongoLa famille Bongo s’est réjouit  que la vérité ait été enfin rétablie sur la filiation d’Ali Bongo Ondimba, longtemps taxé d’avoir acquis la nationalité gabonaise par adoption.

Selon une rumeur persistante distillée par une frange de l’opposition,  Ali Bongo serait un orphelin de guerre du Biafra (sud-est du Nigeria) et aurait adopté par Omar Bongo et son ex-épouse la chanteuse Patience Dabany.

Coup de théâtre! Une enquête publiée jeudi matin par le quotidien régional français Midi Libre, soutient le contraire. Ali Bongo aurait bel et bien passé une partie de son enfance à Alès, dans le sud de la France. Des informations qui mettent à nu la thèse de l’adoption et un terme à cette « folle » rumeur.

Tout est parti d’une enquête publiée en 2014 par le journaliste français Pierre Péan dans son livre « Nouvelles Affaires africaines » paru la même année, affirmant que le jeune Ali avait été adopté par la famille Bongo en 1967 ou 1968, en pleine guerre du Biafra.

Des rumeurs qui ont  sérieusement entaché le déroulement du processus électoral en cours au Gabon notamment la campagne électorale. Des audios avaient même circulé sur la toile le traitant de « nigérian ».

Car, selon la Constitution, « toute personne ayant acquis la nationalité gabonaise ne peut se comporter comme candidat à la présidence de la République. Seule sa descendance ayant demeuré sans discontinuité au Gabon le peut, à partir de la quatrième génération ».

Réélu à la tête du Gabon avec un score légèrement supérieur à celui de son principal challenger, Ali Bongo avait dénoncé tout au long de la bataille électorale, une campagne de « désintoxication » de la part du camp Ping.

En avril dernier, Ali Bongo avait apporté un démenti formel. « Quand je suis né, le Nigeria n’était même pas indépendant. Il (l’)est devenu un an après et cette guerre du Biafra a commencé » en 1967, alors que « j’ai déjà 8 ans », a-t-il commenté.

Jeudi, l’intéressé s’est exprimé sur sa page Facebook, se disant « heureux de voir que la vérité a pu être rétablie ». Il a dénoncé des « jeux de désinformation et de commérages orchestrés par une certaine opposition ».

Sur Twitter, il  a même partagé la photo de classe de l’école d’Alès, publiée par le Midi Libre, qui l’identifie en bas à gauche.

« M’abaisser à leur niveau je n’ai jamais voulu, mais cela fait toujours chaud au cœur de voir la vérité triompher », a écrit Ali Bongo.

Même tonalité de la part de son entourage. « La vérité triomphe toujours. Notre famille et tous les gabonais ont eu à souffrir de cette campagne de diffamation, c’est terminé », a pour sa part écrit sur son compte Twitter, Sylivia Bongo Ondimba.

A lire aussi :

1 Commentaire

  1. Gottschalk

    Belle photo de classe, mais cela ne prouve rien aux origines… d’Alian Bongo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *