A la Une, Côte d’Ivoire, RD Congo

RD Congo : Quand Koffi Olomidé traite Alpha Blondy de « drogué »

Alpha-BLondyA peine sorti de prison pour une affaire de violences physiques sur l’une de ses danseuses, le quadrakoraman Koffi Olimidé fait de nouveau parler de lui, en allumant sévèrement l’un de ses confrères artistes ivoiriens.

Dans une vidéo publiée mercredi 21 septembre 2016 sur les réseaux sociaux, le chanteur congolais s’en prend ouvertement au reggae-maker Alpha Blondy en taxant ce dernier de « fumeur de chanvre, d’alcoolique et qui n’a rien fait pour son pays ».

Voici en substance les propos de Olomidé tels que relayés par les réseaux sociaux : « (…) Arrêtez de me comparer à ce fumeur de chanvre dont la seule chanson reste sweet sweet Fanta Diallo. En dehors de ça, ce drogué n’a rien fait pour son pays. Demandez à Alpha Blondy qui suis-je et il vous répondra. Ce rastaman a profité d’une période où il n’avait pas de concurrent valable en Côte d’Ivoire. Moi, je suis Koffi Olomide et Alpha Blondy n’est pas un exemple selon moi ».

En analysant cette déclaration mot par mot, même l’idiot du siècle se rendra compte que Koffi Olomidé est allé trop fort avec son ainé dont le style musical n’est pas forcement du même registre que le sien.

L’on se demande les réelles motivations d’un tel acharnement. Pourquoi avoir usé des termes aussi désobligeants contre la méga-star du reggae en Côte d’Ivoire ?

Pour l’instant, pas de contrattaque de la part d’Alpha Blondy qui semble prend de la hauteur face à cette situation. Seule réaction, il a réactualisé sur sa page Facebook, une vidéo dans laquelle la star ivoirienne a défendu le Grand Mopao, alors en difficulté suite à son arrestation suivi de sa détention au Kenya.

« J’ai trouvé qu’ils ont un peu exagéré quand même, on dirait qu’ils voulaient humilier Koffi Olomidé. Ce que Koffi Olomidé a fait n’est pas bien, mais ce qu’ils ont fait est encore pire », avait-il estimé.

On ne le dirait jamais assez. Les déboires de Koffi Olomidé contrastent ces dernières années avec l’immensité de son talent d’artiste chanteur, celui-là même qui a marqué d’une empreinte originale, la Rumba congolaise. Sacré Olomidé !

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *