A la Une, Niger, Politique

Niger : La Première dame s’engage contre la « barbarie » de Boko Haram

Premiere-dame-Niger-0001(1)Face aux nouvelles formes de menace terroriste, la paix et la sécurité ne doivent plus être de vains mots. Les acteurs se doivent d’œuvrer pour leur renforcement à tous les niveaux.

C’est dans cette optique que s’inscrivent les membres du Réseau des Femmes Paix et Sécurité en Afrique qui ont rencontré mardi dernier la Première dame nigérienne Dame Hadjia Aissata Issoufou, présidente de la Fondation « Guri Vie Meilleure ».

L’objectif de cette rencontre est d’échanger sur l’importance de la paix et la sécurité au niveau des pays membres du Réseau des Femmes Paix et Sécurité en Afrique.

Dans son intervention, la présidente de la Fondation « Guri Vie Meilleure » a souligné l’implication accrue des autorités nigériennes dans la lutte contre  l’insécurité et la promotion des femmes dans le pays.

Elle a exhorté les femmes à s’investir pleinement dans cette question combien importante à savoir la paix et la sécurité, précisant qu’en cas de conflit, « ce sont les femmes qui sont les premières victimes ».

Hadjia Aissata Issoufou, a rappelé que le Niger est entouré de plusieurs foyers de conflits notamment le Mali, la Lybie et le Nigeria.

Evoquant la situation à Diffa, elle a souligné que sa fondation a eu à aider la population de cette région notamment les femmes. Malheureusement, ajoute-t-elle, « la situation d’insécurité dans cette zone perdure du fait des attaques incessantes de la secte Boko Haram ».

La Première dame s’est en outre réjouie de l’intention de ce réseau de visiter la région de Diffa pour constater ce que vit cette population, estimant que cette visite vient à point nommé, car elle remontera le moral de la population.

Mme Hadjia Aissata Issoufou a estimé que le soutien n’est pas seulement financier car le soutien moral permettra aussi aux victimes du conflit d’espérer dans la vie mais aussi de continuer à se battre.

Les membres du réseau ont par ailleurs souligné la nécessité de conjuguer les efforts de tous les acteurs pour mettre fin à la barbarie de la secte Boko Haram qui sévit dans notre sous-région.

Créé depuis 2009, le Réseau œuvre pour  la promotion du genre, la lutte contre les violences faites aux femmes et toutes autres formes de discrimination à l’égard de la femme en Afrique.

Présent dans 15 pays de l’Afrique de l’Ouest plus la Mauritanie, il intervient au Niger pour une action de solidarité, pour accompagner les femmes et filles et échanger avec les autorités ainsi que les organisations socioprofessionnelles pour la prise en compte des questions de paix et sécurité dans les pays membres.

A lire aussi :

1 Commentaire

  1. j aime la science bcp aide moi d etre ou entre au sect

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *