A la Une, Politique, Tchad

Tchad : La rue grogne au rythme des étudiants

UNET-Tchad1-739x500Très remontés contre la suppression des bourses, la réduction des primes allouées aux agents de l’État, les étudiants sont de nouveau descendus mercredi dans les rues de la capitale N’Djamena.

Les manifestants dénoncent notamment la révision des critères d’attribution des bourses des étudiants, ou encore la réduction de 80% des indemnités des agents de l’État.

Des mesures qui figurent dans les 16 mesures d’austérité adoptées quelques semaines après l’investiture du président Idris Déby Itno pour un 5è mandat.

« Sans cette bourse annuelle de 360 000 francs CFA soit 557 euros, il est très difficile de poursuivre des études », explique un étudiant en Architecture.

A noter que la manifestation du mercredi, interdite mardi par le ministère de l’Intérieur, fait également suite à l’arrestation la veille d’une trentaine d’étudiants dont Barka Le Roi, le président de l’Union nationale des étudiants du Tchad (Unet), qui sera libéré plus tard dans la journée de mercredi.

« Le Premier ministre avait dit qu’il nous recevrait, mais la rencontre a été annulée. Depuis les arrestations, il y a eu rupture du dialogue. Nous sommes prêts à le reprendre quand nos camarades seront libérés, mais nous ne reculerons pas sur la bourse d’études », explique le président de l’UNET, cité par l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique.

Depuis la rentrée, souligne notre le confère, « les établissements scolaires tournent au ralenti ». Collèges et lycées publics sont restés fermés dans la capitale, pendant que les étudiants ont organisé le blocage des universités.

Et depuis lors, le tissu social est en ébullition car plusieurs secteurs de la fonction publique sont également paralysés par des mouvements d’humeur.

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *