A la Une, Projets, RD Congo

FESPAM 2017: Un festival à gros budget, un événement plus productif !

FespamDeux milliards de F CFA, c’est la bagatelle qui sera injectée dans l’organisation de la 11è édition du Festival Panafricain des Musiques (Fespam) qui se tiendra du 08 au 15 juillet 2017 autour du thème: «Musique et environnement en Afrique et dans la diaspora ».

Au cours de la cérémonie d’ouverture de la 16è session ordinaire du comité de direction du Fespam, tenue du 5 au 6 octobre dernier à Brazzaville, le ministre de la Culture et des Arts, Léonidas Carel Mottom Mamoni (photo) a invité les acteurs à construire ensemble une  nouvelle image et une nouvelle marche vers le développement du festival

Pour ce dernier, les industries culturelles musicales sont des forces économiques essentielles pour les pays africains, par conséquent « la 11è édition ne peut pas et ne va pas ressembler aux éditions antérieures ».

« Il nous faut ensemble, nous donner la main pour construire un festival qui donne la place à la culture et à l’économie, parce qu’il faut faire de tels sort que le FESPAM soit véritablement aussi une source de revenus pour la culture, l’art, également pour la République», a-t-il ajouté.

Réagissant par rapport à la thématique de la 11è édition du Fespam, il a souligné que la musique africaine est restée longtemps hors du circuit international et qu’avec l’avènement des nouvelles technologies, lesquelles occupent désormais une place importante sur l’échiquier musical mondial.

Par ailleurs, M Mottom Mamoni veut d’un Fespam où les artistes musiciens payeront certains impôts dans le République, car souteint-il, « plus question qu’on prenne des cachets dans la République et qu’on ne reverse pas quelque chose dans la République, ce n’est plus possible ».

Le programme assigné au FESPAM par l’Union Africaine, s’articule autour des quatre axes : les prestations musicales d’artistes africains et ceux de sa diaspora ; un symposium ; une exposition d’instruments traditionnels de musique et un marché de la musique africaine.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *