A la Une, Côte d’Ivoire, Politique

Chômage en Afrique: La BAD va créer 25 millions d’emplois à l’horizon 2025

bad-conference-0014Le  problème de l’emploi des jeunes est un grand défi pour l’Afrique, car cette frange de la population représente 480 millions et va doubler d’ici 2025. Cependant la population s’accroît sans emplois pour les jeunes ce qui a provoqué une crise de l’emploi entraînant la crise migratoire que connaît le monde.

Tel est le tableau dressé mardi dans la capitale ivoirienne par le président de la Banque Africaine de Développement (BAD), Akinwumi  Adesina (photo à droite) à l’ouverture d’une  Conférence ministérielle de l’Afrique de l’Ouest pour l’emploi des jeunes. Ceci, en présence  de  la ministre ivoirienne du Plan et du Développement, Mme Nialé Kaba.

Trouver des voies et moyens pour juguler le chômage en Afrique, tel est le défi que tentent de relever les participants à cette rencontre à l’instar des ministres, organisations de jeunes, chefs d’entreprises, des universités et des représentants de la société civile.

La « Stratégie pour l’Emploi des Jeunes en Afrique (SEJA) pour la période de 2016-2025 a donc été présentée au cours de la conférence et des programmes phare proposés à la jeunesse en quête permanente d’emploi.

La SEJA prévoit donc la création de 25 millions d’emplois, lesquels seront orientés dans le secteur de l’entrepreneuriat agricole, à travers le programme « Enable » (activer) pour le financement de projets liés à la modernisation de l’agriculture dans 30 pays.

Un accent particulier sera également mis sur les technologies de l’information et de la communication (TIC) avec la formation de 250 jeunes programmeurs.

M Akinwumi Adesina a par ailleurs insisté sur l’adéquation entre la formation des jeunes et le marché de l’emploi ainsi que la nécessité pour les jeunes à aspirer aux filières technologiques qui forment plus d’ingénieurs.

Dans son intervention,  ce dernier  a manifesté la volonté de permettre aux jeunes d’avoir accès aux financements en créant des systèmes de synergie bancaire pour réduire les risques de financement pour les jeunes.

Le président de la BAD a révélé la prise en compte des Jeunes dames à travers un fonds de 3 milliards de dollars, la nécessité d’accroître la politique d’électrification surtout dans les zones rurales.

Car,  soutient-il, « le développement, ce n’est pas seulement une question de finance, mais d’accélérer et transformer la qualité de vie de nos populations ».

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *