A la Une, Côte d’Ivoire, Politique

Côte d’Ivoire/Constitution: Des députés privés de primes pour avoir voté « NON »

Assemblée-NationaleL’opposition dans son ensemble appelle eu boycott du Référendum constitutionnel voulu par le Chef de l’Etat Alassane Ouattara, lequel l doit se tenir le 30 octobre prochain. Des manifestations sont annoncées pour ce jeudi par Pascal Affi N’guessan, président du FPI, le principal parti d’opposition du pays pour dire « Non » au référendum.

A la plénière mercredi 19 octobre à Abidjan, des députés qui ont voté contre le projet constitutionnel, n’ont pas vu leurs primes de séances, virées dans leur compte.

L’information est confirmée à nos confrères de Koaci par un proche du député d’Adiaké, l’ex candidat à la présidentielle de 2015 Gnangbo Kacou.

« Mon boss s’est rendu devant le guichet vendredi dernier pour retirer sa prime comme il est coutume à l’Assemblée nationale. Grande fut sa surprise, qu’elle n’avait pas été virée, alors que tous ses collègues ont eu droit à les leurs. Nous avons appris par la suite, que la même sanction a été infligée à KKB, Yasmine Ouegnin et tous ceux qui ont affiché officiellement leur opposition au projet de loi », a révélé ce dernier, cité par le site d’informations.

Le 11 octobre dernier, ajoute Koaci, 239 députés votaient en faveur du nouveau projet constitutionnel, 8 contre et 2 abstentions.

A en croire Alassane Ouatarra, le projet tournera définitivement la page des crises successives qui ont secoué ce pays. Il doit aussi permettre d’ « en finir avec l’ivoirité », qui a « empoisonné la vie de ce pays d’Afrique de l’Ouest pendant plus d’une décennie et manqué de le plonger dans la guerre civile ». Le projet clarifie notamment les conditions d’éligibilité à la présidence de la République.

Par ailleurs, il prévoit la création d’un poste de vice-président élu en même temps que le Président et d’un Sénat, dont un tiers des membres sont nommés par le chef de l’État. Il prévoit d’autre part l’institutionnalisation de la chambre des rois et chefs traditionnels, et une extension des compétences du Conseil économique et social en matière de culture et d’environnement.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *