A la Une, Politique, Togo

UAM: 04 autres pays intègrent l’Union Africaine de la Mutualité

IMG_7870Le  nombre d’affiliations de l’UAM qui étaient de 18 membres sont passées à 22 membres avec l’intégration de quatre autres affiliations. S’est réjoui samedi dernier, Soro Mamadou, le président de l’UAM-AFRO, au terme d’une réunion de deux jours de l’Union africaine-Afrique de l’ouest (UAM-AFRO).

Organisée en partenariat avec le Cadre national de concertation de la mutualité au Togo (CNCMUT), la réunion a enregistré la participation de tous les acteurs mutualistes du Togo dans la dynamique structurante du mouvement mutualiste ouest africain.

A l’issue de cette rencontre, c’est un sentiment de satisfaction totale  qui se dégage tant au niveau des organisateurs que des participants.

Revenant sur les objectifs assignés à cet atelier d’échanges, M Soro Mamadou a indiqué qu’il s’agissait d’une mission pour organiser les mutuelles du Togo autour de 4 axes majeurs.

Le tout premier axe, a-t-il noté, est de travailler avec les mutuelles du Togo pour que d’ici 15 ans, elles puissent arriver à couvrir plus de 45% des populations au niveau de la couverture maladie

Le second axe sur lequel les participants ont échangé, a été de faire en sorte que le Togo puisse avoir les offres de soins mutualistes pour qu’au niveau primaire, secondaire et tertiaire, de sorte qu’on puisse disposer au niveau du Togo, des Centres de santé qui permettent un accès facile et de qualité de soins à l’endroit des populations et des populations les plus vulnérables.

Le troisième axe, souligne le président de l’UAM-AFRO, « c’est de moderniser nos entreprises mutualistes de sorte qu’elles deviennent des entreprises qui prennent une part significative à l’économie sociale et solidaire en matière de participation au PIB, en matière d’offre d’emplois et matière de protection sociale plus large ».

Enfin, le quatrième est de souhaiter « qu’on puisse organiser une fédération du mouvement mutualiste qui soit vers de véritables mutuelles elles-mêmes qui fassent leur plaidoyer, qui fasse leur label, qui puisse effectivement partout où besoins est, défendre le label du mouvement mutualiste ».

Et à en croire M Soro, « ces deux jours de réunion ont permis d’aboutir à de telles perspectives ».

Il est à signaler qu’au Togo, le taux de couverture actuelle des population tourne autour de 1%, un taux relativement faible avec 27 mutuelles sociales fonctionnelles sur l’étendue du territoire national dont 62.609 adhérents et 48.767 bénéficiaires.

Justifiant ce faible taux par un « manque de cadre réglementaire », le président de l’UAM-AFRO se dit confiant dans l’avenir que les acteurs puissent œuvrer pour relever la pente.

« Nous avons l’espoir que d’ici 15 ans, nous allons transformer les difficultés en opportunités et aller à une proportion de couverture de 45% de la population », a rassuré ce dernier.

En marge de cette réunion, l’UAM a lancé un appel pressent à toutes les centrales syndicales du Togo à « encadrer » les travailleurs, pour que les centrales puissent s’organiser en mutuelles de santé car, soutient-il, « les mutuelles ont des valeurs sûres », celles de la non-lucrativité, de la démocratie.

« La notion de solidarité est ancestrale et est spontanée dans nos coutumes africaines.  Chacun dans son coin ne peut pas faire face à toutes les difficultés liées à la santé, malheureusement nous sommes en moyenne à 10% de couverture sur le continent », a pour sa part laissé entendre Abdelmoula ABDELMOUMNI, le président de l’Union Africaine de la Mutualité (UAM).

Mais l’avantage, a-t-il souligné,  est que nos Etats sont engagés à faire la couverture sanitaire et nous nous sommes engagés à notre niveau à développer les mutuelles, à faire le plaidoyer pour consolider et solidariser les efforts pour que nos populations aient un accès facile aux soins de santé et pour que l’Afrique puisse relever le défi de « Santé pour tous ».

Après 15 ans d’activités sans l’aide, les mutuelles sociales ont besoin de l’accompagnement de l’Etat et de l’appui des partenaires en termes de renforcement de capacités techniques, financières et en ressources humaines.

Elles ont alors saisi cette occasion pour exhorter le gouvernement togolais à prendre en compte la réglementation l’UEMOA qui définit les règles prudentielles de fonctionnement des mutuelles.

Une

IMG_7856

IMG_7859

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *