A la Une, Affaires, Bénin

Sébastien Ajavon : « Je m’éloigne de la gestion du pouvoir »

ajavon2Classé parmi les hommes les plus riches de l’Afrique de l’ouest selon le magazine américain Forbes, le Béninois Sébastien Ajavon vient de prendre une importante décision sur sa vie politique.

Après la rocambolesque affaire de drogue qui a failli entacher son image et celle de sa société Cajaf-Comon, le roi de la volaille a décidé de se tenir à l’écart de la gestion des affaires de l’Etat.

Arrivé en troisième au premier tour de l’élection présidentielle de mars dernier au Bénin, le magnat des produits surgelés accuse le gouvernement de la « Rupture » de Patrice Talon d’avoir voulu l’humilier.

« C’est un coup qui a été monté pour ternir mon image. Les Béninois savent que c’est une machination. La drogue ne fait pas de riches au Bénin. Les Béninois n’ont même pas les moyens d’en consommer, encore moins de la cocaïne. La drogue, c’est pour les petits dealers », a laissé entendre M Ajavon, dans un entretien exclusif paru chez nos confrères du Monde Afrique.

« Ils ont voulu m’humilier et me créer des problèmes. Je suis très respecté dans le domaine de l’agroalimentaire à travers le monde et non dans le domaine de la drogue », a-t-il ajouté.

Il dénonce par ailleurs le non-respect d’un accord politique scellé en lui le président Talon. « Nous avons un accord formel et bien écrit qui n’a pas été respecté : nous devions obtenir le tiers des postes ministériels. Nous n’avons eu que trois petits ministères qui sont gérés depuis la présidence. Pour moi, ce n’est pas une bonne collaboration », souligne Fo Séba, comme ses sympathisants aiment l’appeler.

« On m’avait dit qu’en politique, on pouvait faire des coups tordus, mais j’ignorais que cela pouvait aller si loin. Cela fait sept mois à peine que le nouveau chef de l’Etat a pris ses fonctions et c’est avec notre concours qu’il est arrivé aux affaires. Peut-être que je deviens trop gênant. Donc il faut m’éliminer tout de suite pour que je ne sois plus important dans l’arène politique. Au temps du président Thomas Boni Yayi, il y avait déjà des menaces. Mais ils n’ont jamais osé violer des conteneurs pour y mettre des stupéfiants », a-t-il poursuivi.

Sans dévoiler explicitement s’il se positionnera désormais comme un opposant au pouvoir, Sébastien Ajavon a toutefois fait savoir ceci : « Je m’éloigne de la gestion du pouvoir, je me mets à l’écart ».

« Je ne sais pas s’il faut l’appeler cela de l’opposition (…). Cela ne veut pas dire que je vais critiquer systématiquement tout ce que Patrice Talon fera. Si ce sont de bonnes choses, je le dirai, sinon, je le dénoncerai », a affirmé ce dernier.

Accusé de trafic de drogue après la découverte, fin octobre, d’un sac de 18 kg de cocaïne dans l’un des conteneurs de la Cajaf-Comon au port de Cotonou, Sebastien Ajavon sera relaxé le 4 novembre dernier par la justice béninoise, « au bénéfice du doute », « pour insuffisance de preuves ». Ceci, après sept jours de garde à vue et d’un procès en comparution immédiate.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *