A la Une, Ghana, Politique

Ghana: Mahama enflamme le web avec une braguette ouverte à la télé

MahamaAccusé de corruption, critiqué pour ses réformes depuis son accession au pouvoir, le président ghanéen John Mahama vient d’en rajouter une couche avec une sortie médiatique des plus insolites.

Dans une émission télévisée dénommée « Presidential Encounter », animée sur la chaine de télévision nationale, dans le cadre de la campagne électorale, le Chef de l’Etat est apparu samedi dernier sur le plateau de GTV avec une braguette ouverte.

Il faisait une intervention sur l’inauguration de l’échangeur Kwame Nkrumah, un joyau architectural qui a fait le tour de la planète la semaine dernière via les réseaux sociaux.

Tout se passait bien jusqu’à ce que l’assistance constate ce petit souci avec le pantalon du père de la nation. Pour plusieurs observateurs,  le président a soit, oublié de fermer sa fermeture éclair  ou victime d’un dysfonctionnement de sa garde-robe.

D’autres soutiennent également que la fermeture aurait pu craquer au moment où il s’asseyait dans une position inhabituelle.

Pour l’opinion, il est tout à fait intolérable que le premier citoyen du Ghana se donne publiquement à un tel spectacle, à la veille de l’élection présidentielle pour lequel il est candidat pour un second mandat.

« Lorsque vous êtes le président d’un pays, vous devez vous assurer que tout est bien dans l’ordre avant de venir en public, et surtout pour ne pas souffrir de ce genre d’incident, mais si par malheur cela devait arriver, il serait préférable que ce ne soit pas à la télévision nationale lors d’une campagne d’élection », martèle un internaute.

John Mahama va-t-il briguer un second mandat à la tête du Ghana ? Rendez-vous dans les urnes le 07 décembre prochain.

John Mahama

A lire aussi :

1 Commentaire

  1. joshua

    Comme le dit l’article, cela aurait pu se produire alors que le president a adopté une position qui a fait sauter la braguette. Je crois cest plutot honteux pour ces hournalistes ghanéens qui ont souligné cela. Ils auraient pu proteger le president. Le journaliste est aussi un citoyen, pas un demi-dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *