A la Une, Gambie, Politique

Présidentielle en Gambie: Les observateurs de l’UE interdits d’entrer dans le pays

LEAD Technologies Inc. V1.01

Environ 890 000 Gambiens sur quelques 2 millions d’habitants se rendront aux urnes jeudi 1er décembre 2016 pour choisir leur futur président parmi les trois candidats en lice à savoir le président sortant Yahya Jammeh (photo), Adama Barrow et Mama Kandeh, tous âgés de 51 ans.

Arrivé au pouvoir par un coup d‘État en 1994 et après sa première élection en 1996, Yahya Jammeh fera face à son premier défi face aux urnes lors de cette élection, considérée comme un scrutin à grands enjeux.

Tous les regards sont donc tournés vers la Gambie où des milliers de citoyens s n’hésitent pas à exprimer leurs frustrations nées des difficultés économiques et à la répression des voix dissidentes.

A en croire le confrère en ligne Africanews, la capitale Banjul a connu ces derniers jours d’importants rassemblements en faveur du leader de l’opposition.

Face à cette situation, le président gambien a annoncé mardi l’interdiction de toute manifestation après l‘élection présidentielle de jeudi.

« Il n’y a aucune raison de protester, car l‘élection qui doit se tenir jeudi ne peut pas être truquée, et de toute façon, dans ce pays, nous n’autorisons pas les manifestations », a martelé Yahya Jammeh.

Visiblement certain de sa « victoire », ce dernier a affirmé que l’opposition ne gagnera pas.

Dans la foulée, il faut noter que l’élection se tiendra sans les observateurs de l’Union européenne qui se sont vu refuser l’entrée dans le pays, contrairement à ceux de l’Union africaine.

La Commission électorale indépendante promet tout de même un scrutin « libre et équitable ».

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *