A la Une, Sénégal

Sénégal: Decès de la figure emblémentique de l’art comtemporain africain

Ousmane Sow
Il est la figure de l’art contemporain mais aussi connu pour ses sculptures monumentales. Il s’est éteint jeudi 01 décembre 2016 à 81 ans. Après plusieurs séjours ces derniers mois à l’hôpital, Ousmane Sow emporte avec lui rêves et projets de son organisme trop fatigué selon sa famille.

Né à Dakar le 10 octobre 1935, l’artiste sénégalais  est descendant de la vieille famille de Saint-Louis. Il n’était pas q’un simple sculpteur sénégalais. Il  était également  l’une des plus grandes figures de l’art contemporain africain, exposé et reconnu dans le monde entier.

Ce titre lui est conféré par son parcours plutôt brillant et unique. Grace à son talent de sculpteur, il est devenu, il y a 3 ans exactement, le premier africain de l’Académie des Beaux-Arts à Paris.

Pour accéder à son travail, aujourd’hui, les plus grands collectionneurs du monde entier font la queue. Son don lui a valu jusque là d’être sollicité par les  présidents du monde.
Si il est devenu récemment le premier africain à battre le record mondial de vente d’œuvre, c’est parce qu’en 2014, l’une d’entre elles Zulus (les guerriers conquérants d’Afrique du Sud) coûte la somme extravagante de 528 695 euros.
La sculpture, n ‘a pas toujours été son métier. C’est seulement à l’âge de 50 ans qu’il décide de s’y consacré entièrement. Il le faisait pendant son enfance tout en exerçant par la suite le métier de Kinésithérapeute.
Ousmane Sow, a plutôt un art d’une vision poétique. C’est ce qu’il fait découvrir au public depuis sa consécration entière. Il tire son inspiration de l’histoire ou l’éthologie entre autre et aussi bien dans la photographie que dans le cinéma.
L’homme sculpteur, pendant sa vie s’est consacré essentiellement sur la représentation de l’être humain, s’y sentant plus proche.

Ousmane Sow a pu de son existence établir un véritable record. Record réalisé dans un marché occidental où l’art contemporain africain à du mal à prendre son envol.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *