A la Une, Afrique de l’Est, Kenya, Politique

CPI: retrait du Kenya, Uhuru Kenyatta y pense !

 

Le président kényan Uhuru Kenyatta va porter des réflexions sur son retrait de la CPI. Après l’Afrique du Sud, le Burundi et la Gambie, c’est au tour du Kenya d’exprimer ses envies de se retirer.

Parés l’inculpation du président Kenyatta et son vice-président William Ruto d’être des commanditaires dans les violences post-électorales de 2007-2008, les poursuites à  leur endroit ont été abandonnées.  Suite à cela, le Kenya a menacé de quitter la CPI. Son parlement a par la suite adopté deux motions concernant ce retrait sans aucune issue.

« Notre expérience avec la CPI démontre un manque flagrant d’impartialité au sein de cette institution. Certains se sont retirés, cette institution est devenue un instrument de la politique du pouvoir dans le monde, et non de la justice pour laquelle elle a été créée. Nous avons cherché à effectuer les changements qui permettraient à la CPI de respecter la souveraineté nationale, mais ces changements n’ont pas eu lieu. Nous allons dès lors devoir réfléchir sérieusement à notre adhésion », a déclaré Uhuru Kenyatta.

La cour pénale internationale se fait reprocher non seulement en Afrique mais aussi partout ailleurs. La Ruissie elle même, l’un des fondateur de cette cours, en novembre, a porter à la connaissance  de l,institution son intention de signer son désengagement.

L’union européenne soutient pour sa part, les pays africains dans leur processus de retrait.

En 2003 qu’elle est entrer en exercice, 90% des enquêtes ouvertes par la CPI étaient dans les pays africains. Pour certains dirigeants africains, cet acte  est une « sorte de chasse raciale »

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *