Gambie: L’ONU s’insurge contre l’usage de la force

2016-12-08t183432z_1779334689_rc12a056e6b0_rtrmadp_3_gambia-election-army_0

2016-12-08t183432z_1779334689_rc12a056e6b0_rtrmadp_3_gambia-election-army_0Mardi dernier, une délégation des Chefs d’Etat de l’Afrique de l’ouest, était en visite en Gambie pour tenter de convaincre Yahya Jammeh à céder le pouvoir.

Lors de cette visite officielle, un contingent de force de sécurité  a été déployé au siège de la commission électorale et aurait interdit l’accès à un personnel de la commission.

Une situation qui a suscité une vague de réactions au sein de la communauté internationale.

« Le personnel de la Commission, qui a déclaré l’opposant Adama Barrow président élu, s’est vu interdire mardi l’accès aux locaux, sans explication. Certains membres de la police anti-émeute l’avaient empêché d’entrer », a témoigné à l’AFP, Alieu Momar Njie, le président de la Commission électorale indépendante gambienne.

Le représentant de l’ONU, Mohamed Chambas condamne cette intervention des forces de sécurité.

Pour son porte-parole, « c’est une violation du caractère indépendant, garanti par la Constitution, de la Commission électorale », puisque des éléments de l’armée, argumente-t-il, ont pris aussi possession du matériel de la Commission qui a servi pour l‘élection présidentielle. « C’est un acte inacceptable », s’est-il indigné.

Rappelons que  le parti de Yahya Jammeh, l’Alliance patriotique pour la réorientation et la construction (APRC) a adressé mardi, un recours à la Cour suprême exigeant l’annulation des résultats de l’élection du 1er janvier donnant victorieux Adama Barrow sur son rival.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *