A la Une, Afrique de l’Est, Éthiopie

Ethiopie: innauguration du plus haut barrage d’Afrique

BarrageL’Ethiopie a inauguré samedi dernier le barrage le plus haut d’Afrique. Ce nouveau barrage devrait lui permettre de multiplier par deux, sa capacité énergétique.

Le premier ministre, Hailemariam Desalegn, s’est réjouit en ces termes sur le sujet: « Cette centrale hydroélectrique, au même titre que d’autres projets en cours, répond à notre besoin en électricité et va également fournir des marchés étrangers ».

Le gouvernement éthiopien a de grandes ambitions pour sa République. Il prévoit devenir auto-suffisant en électricité et compte exporter vers les pays voisins. Malgré son rang parmi les pays les plus pauvres au monde, l’Ethiopie mise beaucoup sur l’énergie pour son développement économique.
pour le premier ministre, Desalegn,  » son succès est une fierté nationale ».

Le site du barrage est situé à près de 350 km au sud-Ouest de Addis Abeba, la capitale du pays.
Dénommé « Gobé III », ce barrage fait 24 mètres de haut et symbolise le plus important d’une série de barrages hydroélectriques construit en Éthiopie au littoral de l’Omo.

Les prévisions de ces capacités vont jusqu’à 1.870 mégawatts. Avec ce chiffre, « Gobé III’ pourra s’inscrire à la 3è place des barrages hydroélectriques les plus puissants d’Afrique. La capacité énergétique de l’Ethiopie s’estimerait donc à 4.200 MW, une capacité qui s’élèverait à 40.000 MW d’ici 2035 suivant ses prévisions.

Ce barrage est le fruit de plusieurs années de travail. Le projet a pris 9 ans pour se concrétiser, coûté 1.5 milliards d’euros et subventionné à 40% par l’État et 60% par un prêt de banque.

Malgré toutes les controverses dont ce barrage fait objet, les autorités assurent une chose :  » le barrage servira uniquement à irriguer les énormes plantations de canne à sucre et de coton détenues à proximité du site par des capitaux ».

Le gouvernement confirme par ailleurs que des inondations artificielles seront pratiquées afin de permettre aux populations de continuer la pratique de l’agriculture traditionnelle.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *