Affaires, Cameroun, Congo, RD Congo

Congo: la BD pour construire « demain » avec avec « deux mains »

 

BANDEEn cette fin d’année 2016, et pendant quatre jours, les Congolais et Africains, amoureux des bandes dessinées (BD) se sont réunis pour la première édition lors du festival international de la bande dessinée, dans la capitale, Brazzaville.

Les bédéistes du Congo, du Cameroun, de la RDC se sont mobilisés autour de cet événement, premier du genre.

« L’objectif poursuivi pour un tel festival, c’est avant tout de mettre en avant la BD, la bande dessinée. Cela a été un succès parce que sur toute la semaine il y a eu beaucoup d’échanges, à l’Institut et dans les écoles” », à en croire l’un des responsables.

Intitulé, en langue locale linguala, « Bilili BD », en français « image », le festival s’est concentré sur le thème « Moi, Demain ».

L’un des auteurs de BD présent au festival, s’exprimait en ces termes: « Moi, en fait, dans ce thème, j’ai un peu bloqué sur le terme ‘demain’, j’étais sur l’idée qu’on construit demain avec aujourd’hui. J’ai fait un jeu de mots pour dire que demain pour moi, c’est ‘deux mains’. Et que tout ce que je fais avec mes deux mains, dessiner, voyager, rencontrer des gens, serrer des mains, tout ça, ça fait partie de ma construction »,

La pertinence de ce nouveau métier des BD en Afrique, à longuement été discuté lors des conférences débats, des expositions et des projection de films.

D’après le camerounais bédéiste ELYON’S, « C’est un métier qui est tellement, pas forcément trop mal jugé, mais regardé avec une certaine condescendance. Ce n’est pas considéré comme un vrai métier, et en plus, les auteurs de BD eux-mêmes ont du mal à valoriser leur métier ; donc le festival est là pour fédérer les auteurs, que les Congolais, les visiteurs étrangers ou locaux voient le potentiel réel qu’il y a dans leur pays ».

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *