A la Une, Politique

Afrique: ces femmes d’exception ayant marqué 2016

Fatma-Samoura

Elles changent progressivement la donne par rapport à la propension des femmes africaines (moins de 20%) dont les biographies se retrouvent sur Wikipédia.

Influentes mais aussi inspirantes, deux femmes à la peau d’ébène sont désormais dans les standards internationaux. Il s’agit de la nigériane Amina Mohamed et la sénégalaise Fatma Samoura (photo).

Respectivement  première vice-Secrétaire générale des Nations unies et Secrétaire générale de la Fédération internationale de Football (FIFA), ces deux femmes parmi tant d’autres se sont illustrées positivement au cours l’année 2016, montrant ainsi un autre visage de l’Afrique sur l’échiquier international.

Par ailleurs,  elles sont une preuve vivante de la capacité de la gent féminine à exercer les plus hautes fonctions du monde, faisant désormais partie des décideurs du monde.

Amina Mohamed
Mariée et mère de six enfants, 55 ans, elle vient d’être nommée au poste de vice-secrétaire générale de l’ONU par le portugais Antonio Guterres. Succédant ainsi au suédois Jan Eliasson, elle  devient le numéro 2 des Nations unies. Faisant partie des trois femmes dont la nomination est intervenue récemment, Antonio Guterrez se dit heureux de pouvoir compter sur les efforts de ces dernières « très compétentes ».
Le choix porté sur ces trois femmes dont Amina Mohamed n’est pas fortuit. Pour le secrétaire général de l’Onu, elles ont été nommées pour leurs « expériences » dans les affaires internationales, le développement, la diplomatie, les droits de l’homme et de l’action humanitaire.

Fatma Samoura
Fatma Samoura, 54 ans, a passé deux décennies à l’ONU avant d’être nommée Secrétaire générale de FIFA. Une nomination qui fait d’elle la toute première femme à accéder à ce poste, créant ainsi une  vive polémique, pour son manque d’expérience dans le domaine du football. Après avoir passé avec brio le contrôle d’éligibilité devant la commission indépendante de la FIFA, Fatma Samba Diouf Samoura a pris officiellement fonction le 20 juin dernier. La diplomate sénégalaise a remplacé Jerôme Valcke, suspendu de toute activité liée au football pour les 12 prochaines années.

En dépit des préjugés sur cette nomination, le président de la FIFA, estime avoir trouvé la « femme de la situation ».

« Fatma est une femme avec l’expérience et la vision internationale. Elle a travaillé sur les questions les plus difficiles de notre temps. Elle a prouvé sa capacité à construire et à diriger des équipes, et à améliorer la façon dont les organisations fonctionnent. Il est important pour la FIFA de lui faire confiance. Elle est soucieuse de la transparence et la responsabilité que recommande notre instance », a déclaré Giovanni Infantino.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *