A la Une, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Comores, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée, Guinée-bissau, Mali, Niger, RD Congo, Rép. Centrafricaine, Sénégal, Tchad, Togo

Franc CFA: une mobilisation monstre contre la « monnaie coloniale » le 07 janvier

15935354_1826740480933776_1540766108_oA l’appel de l’ONG Urgences Panafricanistes URPANAF du chroniqueur politique Kemi Seba, lancé le 26 décembre dernier, une journée de mobilisation internationale pour dénoncer le F CFA, est prévue pour le 07 janvier prochain.

« Le front contre le franc des Colonies Françaises d’Afrique (FCFA) », c’est le nom donné à ce grand événement qui se déroulera dans plusieurs villes africaines et occidentales à savoir Bamako, Ouagadougou, Abidjan, Ouidah, Dakar, Kinshasa,  Haïti, Paris, Bruxelles, Londres et Bologne.

Axé sur le thème « Le franc CFA et la nécessité de se défaire de la monnaie postcoloniale », la mobilisation a pour objectif de contribuer aux débats en Afrique, en Europe et en Amérique concernant les moyens de sortir de cette servitude monétaire, et d’informer l’opinion africaine, française et européenne des conséquences du lien qui attache encore l’ancienne métropole à ses ex-colonies

Selon les organisateurs de l’évènement, il s’agira de « de discuter des transformations indispensables à opérer tant au niveau institutionnel que politique pour répondre aux intérêts des quinze pays de la Zone franc CFA dont onze sont classés parmi les pays moins avancés (PMA) par les Nations unies ».

Penser une Afrique nouvelle, précisent-ils, « c’est penser l’émergence d’un continent libéré du joug impérialiste », qui prend en main son économie et gère directement l’exploitation de ses propres ressources naturelles. La monnaie est un attribut de souveraineté. Or, « le franc CFA, cheval de Troie du néocolonialisme, empêche évidemment cette impulsion ».

Des conférences seront animées dans les villes retenues pour l’évènement par les membres de l’ONG (URPANAF), de véritables figures de proue du panafricanisme.

Voici le programme complet du déroulement des différentes conférences :

A Paris (France), la rencontre sera animée par Nicolas Agbohou, Docteur en économie politique et l’un des pères de la résistance au franc CFA, auteur du célèbre ouvrage « Le franc CFA et l’Euro contre l’Afrique » (1998), Toussaint Alain, journaliste politique et ancien conseiller de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, et Théophile Kouamouo, journaliste politique et écrivain.

De 15h 30 à 18h, au 4 bis, rue Henri Bergson, 92600 Asnières-sur-Seine (en face de la tour d’Asnières) – Accès : RER C arrêt : Les Grésillons – Métro ligne 13 : Gabriel Péri, Puis bus 177 arrêt : Tour d’Asnières

A Bamako (Mali), avec Aminata Traoré, militante altermondialiste, écrivaine et ancienne ministre, Pape Diallo de Jeunesse Maya, Ismaël Youssef Koné, représentant de l’ONG Urgences Panafricanistes au Mali. De 15h30 à 18h, au Missira Hôtel, Le Djenne, Salle Amadou Hampâté Bâ

A Ouagadougou (Burkina Faso), avec le mouvement citoyen C.A.R, Citoyens Africains pour la Renaissance. A 15h, au siège du C.A.R, Quartier Tanghin, non loin de l’Hôtel Ricardo

A Abidjan (Côte d’Ivoire), avec les militants panafricanistes Pîija Souleymane Yameogo, économiste de développement, conférencier sur l’histoire et les valeurs africaines et directeur général à PER-FORM, et Thi-Mi N’guessan, responsable de l’ONG Urgences Panafricanistes en Côte d’Ivoire. A 10h, à l’Institut des Civilisations Noires, Plateau Dokoui 1er Feu, Abobo

A Bruxelles (Belgique), avec Jahi Muntuka, ingénieur aérospatial, analyste en économie et administrateur du groupe Négritude, Black Power, Claude Wilfried, écrivain et analyste politique, et Natou Pedro Sakombi, essayiste et fondatrice de Reines et Héroïnes d’Afrique. De 19h à 22h, à L’Horloge du Sud, 141, rue du Trône, 1050 Bruxelles

A Londres (Royaume-Uni), avec Clarice Kamwa alias Mamoushka, militante panafricaniste et Cheikh Ba, Data Scientist Senior et analyste en Marketing. De 14h30 à 16h30, 199-201 Lewisham High Street, 13 SE 6LG

Bologne (Italie), la sensibilisation sera menée par les militants panafricanistes Bolivie Wakam, ingénieur en énergie, et Donfack N. Alex Leroy, entrepreneur, A 19h, Piazza Spadolino 3

A Ouidah (Bénin), avec la Famille Jah. A 15h, au Centre d’Eveil, d’Animation et de Stimulation pour Enfants (CEVASTE), Ambassade culturelle de la Diaspora et du Peuple de JAH, près d’Ouidah

A Dakar (Sénégal), avec Demba Moussa Dembele, Hulo Guilabert, Guy Marius Sagna, Ndongo Samba Sylla, Badou Kane et Ndeye Nogaye Babel Sow. A 15h, rassemblement Place de l’Obélisque. Le militant panafricaniste Kemi Seba interviendra comme Invité d’honneur à l’Université de Zinguinchor en Casamance. A 15h, à l’Université Assane Seck

A Haïti, avec Bayyinah Bello, écrivaine, professeur d’Histoire et dirigeante de la Fondasyon Félicité, Camille Chalmers, professeur d’Economie et de planification sociale à l’Université d’Etat d’Haïti. De 13h à 17h, à la Fondation Félicitée, 4 rue A, Village Théodat, Tabarre

A Kinshasa (RD-Congo), avec Rex Kazadi, homme politique et militant panafricaniste, Ted Beleshayin, économiste monétariste et consultant financier.

De 14h à 17h, à l’Hôtel Campo, Beau Marché, Commune de Barumbu, en face de la Bralima.

 

A lire aussi :

5 Comments

  1. mboup

    Il est tant k les africains se réveillent en s unissant pour les mêmes cause dans 1premier pour la monnaie chose primordiale clé de sortie du s/devlpment

  2. Rodrigue

    Nous devons vraiment lutter contre cet esclavagisme qui ne fait que ns ramener tjrs en arrière malgré ts nos efforts.Que le tt puissant nous accomgne.

  3. giancarlo

    Ottima idea. Auguri, ma sarà difficile: la Francia si opporrà ferocemente. Ma la moneta indipendente ha bisogno di una classe dirigente seria e non corrotta. E di un tessuto di imprese produttive, e di crediti, svincolati dal potere religioso.
    Idée excellente. Voeux, mais il sera difficile: la France s’opposera férocement. Mais la monnaie indépendante a besoin d’une classe dirigeante sérieuse et ne corrompue pas. Et d’un tissu d’entreprises productives, et de crédits, dégagé du pouvoir religieux.

  4. Andovalet-Wali,A-lokayengbo

    Le CFA est une monnaie coloniale qui permet aux impérialistes français d’avoir toujours la main mise sur la richesse et le pouvoir en Afrique francophone. Il est donc temps que la future génération montante de la jeunesse, issue des pays francophones s’en débarrasse de cette lugurbre monnaie, et avoir une politique monétaire cohérente pour l’avenir de nos pays

  5. Très bonne idée je vous soutiens dans votre lutte jusco bout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *